Dialogue de sourds et sanctions croisées entre l’Union européenne et la Russie

Vladimir Chizhov, l’ambassadeur de Russie à Bruxelles, lors d’une conférence du Conseil européen sur l’avenir de la Syrie, le 25 avril 2018.

La démarche est très inhabituelle : l’ambassadeur de Russie auprès de l’Union européenne, Vladimir Chizhov, a été convoqué, lundi 3 mai à Bruxelles, pour se voir délivrer une protestation officielle après la décision de son pays d’interdire l’accès sur le territoire russe à huit de ses responsables, dont le président du Parlement européen David Sassoli, en représailles à des sanctions prises par les Vingt-Sept contre Moscou.

Lire aussi Sanctions russes : l’ambassadeur russe convoqué par les institutions européennes

Les secrétaires généraux du Service européen d’action extérieure et de la Commission, Stefano Sannino et Ilze Juhansone, ont réclamé des explications au diplomate, en poste de longue date dans la capitale belge. « L’ambassadeur a été informé de (…) la ferme condamnation par les institutions de l’UE et les Etats membres de l’UE de cette décision, qui est purement motivée par des raisons politiques et qui n’a aucune justification légale », a indiqué la Commission à l’issue de la rencontre. Les représentants de l’UE ont également évoqué l’expulsion par la Russie de diplomates tchèques, ainsi que le décret russe sur les « Etats inamicaux », a indiqué ce communiqué.

« Grande préoccupation »

Toujours selon la Commission, les représentants de l’UE auraient exprimé « leur grande préoccupation quant à l’impact cumulé de toutes ces décisions sur les relations entre l’Union » et la Russie. Les décisions adoptées à Moscou pourraient entraîner de nouvelles « mesures appropriées », à savoir un nouveau train de sanctions. Les ministres des affaires étrangères des Vingt-Sept devraient en reparler lors de leur conseil mensuel, la semaine prochaine.

L’Union pourrait également débattre avec le Conseil de l’Europe des moyens de répondre à ce qu’elle considère comme des violations constantes des droits de l’homme en Russie.

Dans un bref communiqué diffusé lundi soir, la représentation permanente russe a, de son côté, affirmé que les deux parties avaient évoqué l’état de leurs relations et « exprimé des regrets » quant à leur détérioration. M. Chizhov aurait apporté « des commentaires supplémentaires » en réponse à ce que la diplomatie russe appelle les « décisions unilatérales de l’UE ».

« L’importance des efforts diplomatiques pour corriger la malsaine situation actuelle du dialogue entre Moscou et Bruxelles a été soulignée. La partie russe réaffirme sa disponibilité pour atteindre cette démarche », concluait le texte.

« De leur part, on a vu pire… », jugeait, lundi soir, un diplomate de haut rang, sans toutefois afficher un optimisme démesuré quant à l’avenir du « dialogue » évoqué.

Il vous reste 44.41% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Total
2
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Covid-19 : au Portugal, le retour de libertés oubliées

Next Post

Trafic de cocaïne : Un baron turc arrêté à Dakar par la marine nationale

Related Posts