En Afrique, le chaos démocratique aggrave le risque de crise alimentaire


Transport de bois dans la zone des « trois frontières » du Niger-Mali-Burkina Faso, à Torodi (Niger), le 2 juin 2022.

Analyse. Le nom de Thierno Mamadou Diallo sera-t-il le premier inscrit en tête d’une longue liste d’annonces mortuaires à venir en Afrique de l’Ouest, victime collatérale et innocente d’une guerre qui se déroule à 6 000 kilomètres de chez lui ? Le jeune Guinéen de 19 ans est tombé, le 1er juin, à Conakry, sous les balles de la police (selon toute vraisemblance) en marge d’une manifestation spontanée dénonçant une augmentation subite du prix des carburants. Par décision gouvernementale, le litre d’essence à la pompe était en effet passé le matin même de 10 000 francs guinéens (GNF, soit environ 1 euro) à 12 000 GNF. Un prix qui permet à peine à un smicard guinéen d’acheter 36 litres de carburant s’il y consacre la totalité de son salaire mensuel. La junte militaire au pouvoir craint plus que tout de voir la population, exsangue, enflammer la rue et remettre son pouvoir illégitime en cause.

Comme tant d’autres pays, la Guinée subit les contrecoups économiques de la guerre en Ukraine et des sanctions internationales appliquées à la Russie. « En s’ajoutant aux dégâts causés par la pandémie de Covid-19, l’invasion russe de l’Ukraine [le 24 février] a accentué le ralentissement de l’économie mondiale », avertissait la Banque mondiale, début juin. Les prix des céréales et du pétrole ont explosé, menaçant d’aggraver la faim dans les pays pauvres. Les économistes de la Banque mondiale s’attendent à ce que ce rythme d’augmentation des prix perdure jusqu’en 2023-2024.

« En raison des dommages conjugués de la pandémie et de la guerre, le niveau de revenu par habitant dans les pays en développement sera cette année inférieur de près de 5 % à la tendance qui avait été projetée avant le Covid », déplore par ailleurs l’institution. « Pour bien des pays, il sera difficile d’échapper à la récession », estime la Banque mondiale. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, craint davantage : « un ouragan de famines ».

Début juin, la Banque mondiale projetait une augmentation de 42 % des prix des produits pétroliers en 2022. Partant de ces chocs inflationnistes, Agritel, cabinet français d’expertise en stratégie agricole, rappelle un douloureux précédent. Celui, en 2007-2008, des émeutes de la faim en plusieurs endroits de la planète, d’Haïti aux Philippines et en Afrique tout particulièrement. Agritel note qu’en équivalent dollars, autrement dit à dollar constant, les prix du blé se situent aujourd’hui à environ 440 dollars la tonne. Il y a quinze ans, le prix était de 10 dollars plus cher seulement.

Il vous reste 56.78% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess