En Algérie, la marche du vendredi des partisans du Hirak fait son grand retour

Comme si le temps était resté suspendu pendant un an, les mêmes visages, les mêmes drapeaux et les mêmes chants ont réinvesti la rue. Vendredi 26 février, des milliers de partisans du Hirak manifestaient à Alger, marquant la reprise des marches hebdomadaires de ce mouvement de protestation antirégime, deux ans après la première marche algéroise et après un an d’arrêt des manifestations à cause de la pandémie de Covid-19. « Ni islamiste ni laïc, mais hirakiste », pouvait-on lire sur une affiche brandie par la foule qui scandait « Un Etat civil et pas militaire ! », slogan-phare de la contestation.
Malgré l’interdiction des rassemblements pour des raisons sanitaires, plusieurs cortèges se sont formés en début d’après-midi dans des quartiers populaires, notamment à Bab El Oued, pour rejoindre le centre de la capitale.

Lire aussi la synthèse : Que reste-t-il du mouvement de contestation en Algérie, deux ans après sa naissance ?

Matraques et gaz lacrymogènes

Des camions de la police ont pris position à proximité des principales places du centre-ville et des barrages filtrants ont été installés sur plusieurs axes routiers menant à la capitale. Les forces de l’ordre ont utilisé matraques et gaz lacrymogènes sur une grande artère de la capitale quand des manifestants ont forcé un barrage de police pour rejoindre la Grande Poste, lieu emblématique des rassemblement des manifestants antirégime, selon une vidéo publiée sur le site Interlignes.

A Alger, les manifestants semblaient au moins aussi nombreux que lundi quand des milliers de personnes avaient défilé à l’occasion du deuxième anniversaire du Hirak, selon des témoins. Des rassemblements étaient également en cours en province, notamment à Bejaïa, en Kabylie (nord-est), et à Oran (nord-ouest), où un pilier des droits de l’homme, l’universitaire Kadour Chouicha, a été interpellé, selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). Le CNLD a fait état d’autres interpellations, notamment à Tlemcen (ouest), Annaba et Skikda (est).

Amnesty International a dénoncé cette semaine « une stratégie délibérée des autorités algériennes visant à écraser la dissidence ». « Une stratégie qui vient contredire leurs promesses en matière de respect des droits humains », selon Amna Guellali, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Alger, deux ans après, la rue renoue avec le Hirak

Le Monde

via LeMonde

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Juan Carlos, ex-roi d’Espagne, signe un chèque de 4 millions d’euros au fisc et croit en sa rédemption

Next Post

Député du PDS, Sokhna Fatma DIOP annonce son soutien à Adji SARR

Related Posts