En Allemagne, des catholiques en plein désarroi

A Cologne, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, le 12 juin 2021, plusieurs centaines de personnes manifestent devant la résidence du cardinal Woelki pour une clarification complète des cas d’abus dans l’Eglise catholique et une plus grande égalité des droits pour les femmes dans l’Eglise.

Un « moment étrange ». Voilà le souvenir que Stefan Nix-Pauleit garde de ce jour de l’été 2021 où il est allé au tribunal de Cologne pour notifier sa « sortie » de l’Eglise catholique. « Vous entrez dans un bureau, vous montrez une pièce d’identité, vous signez un papier et vous repartez. Cinq minutes montre en main. Une simple formalité. Très bizarre quand on pense à ce que cette démarche peut représenter. En tout cas pour quelqu’un comme moi. »

A la tête d’un cabinet d’architecte dans le centre de Cologne, Stefan Nix-Pauleit a longtemps été un catholique fervent. « Ma famille était très catholique, je suis allé à l’école catholique, j’ai été membre des jeunesses catholiques et j’ai même un peu étudié la théologie après mon bac », raconte cethomme de 57 ans, marié et père de quatre enfants – dont trois sont eux aussi « sortis » de l’Eglise. Un acte dont la conséquence directe est de nature fiscale, puisque celui qui l’accomplit cesse de verser l’« impôt religieux » (Kirchensteuer), dont s’acquittent catholiques et protestants pour participer au financement de leur Eglise et qui correspond à 8 % ou 9 % de l’impôt sur le revenu selon les Länder.

Créneaux du tribunal pris d’assaut

S’il n’est administrativement sorti de l’Eglise qu’à l’été 2021, Stefan Nix-Pauleit s’en était en fait intérieurement détaché « depuis deux ou trois ans ». En tant que « catholique libéral », il raconte s’être senti « de moins en moins à l’aise avec l’attitude de l’Eglise vis-à-vis des femmes et des homosexuels ». A cela se sont ajoutées les révélations sur les abus sexuels commis par des prêtres pendant des décennies. « Autant que les faits, c’est l’attitude des responsables actuels de l’Eglise vis-à-vis de ces affaires que j’ai fini par ne plus supporter, explique-t-il. Trop, c’était trop. Je ne me reconnaissais plus dans cette Eglise. Il ne me restait qu’une option : partir. »

Stefan Nix-Pauleit est loin d’être seul. En 2021, le nombre de « sorties d’Eglise » enregistrées par le tribunal de Cologne a atteint un record : 19 340 au total, un chiffre sans comparaison avec celui des années précédentes (6 960 en 2020, 10 073 en 2019 et 7 618 en 2017). « Nous avons littéralement été pris d’assaut, raconte Maurits Steinebach, porte-parole du tribunal. A chaque fois que nous proposions sur notre site de nouveaux créneaux pour que les gens prennent rendez-vous, tous étaient réservés en quelques minutes. En février 2021, le serveur a même lâché pendant un week-end tellement il y avait de demandes. » Pour suivre le rythme, le tribunal a renforcé ses capacités d’accueil, passées de 1 000 à environ 1 500 par mois entre le début et la fin de l’année 2021.

Il vous reste 67.8% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess