En Allemagne, une première condamnation historique pour génocide commis envers les yézidis

Le djihadiste irakien Taha Al-Jumailly se couvre le visage lors de son procès, à Francfort (Allemagne), le 30 novembre 2021.

C’est un verdict historique pour la communauté yézidie et un précédent mondial dans la reconnaissance du génocide commis contre ses membres en Irak et en Syrie par les combattants de l’organisation Etat islamique (EI) dès 2014. Mardi 30 novembre, les juges de la Haute Cour régionale de Francfort, en Allemagne, ont condamné à la perpétuité Taha Al-Jumailly, un djihadiste irakien âgé de 29 ans, après l’avoir reconnu « coupable de génocide, de crime contre l’humanité ayant entraîné la mort, de crimes de guerre et de complicité de crimes de guerre » contre cette minorité kurdophone.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés En Irak, sept ans après le génocide, les yézidis toujours en quête de justice

L’Irakien, qui avait rejoint les rangs de l’EI en 2013, a été condamné pour avoir, durant l’été 2015 à Fallouja, en Irak, laissé mourir de soif une fillette yézidie de 5 ans qu’il avait, avec sa mère, « achetée comme esclave », selon l’accusation. Pour ce forfait, l’ex-épouse du djihadiste, Jennifer Wenisch, 30 ans, avait, elle, été condamnée à dix ans de prison en octobre pour « crime contre l’humanité ayant entraîné la mort » de l’enfant.

« Message d’espoir »

« C’est un pas très important et un message d’espoir pour les victimes yézidies et les victimes de génocide en général. Cela montre que justice peut être faite, même si ce n’est pas là où les crimes ont été commis. C’est important pour les victimes d’accéder à la justice, au-delà de la reconnaissance symbolique du génocide : elles veulent pouvoir regarder leurs agresseurs dans les yeux », se félicite Natia Navrouzov, avocate et membre de l’ONG Yazda, qui rassemble les preuves des crimes commis par l’EI envers les yézidis.

En août 2014, l’EI avait lancé une offensive sur la région du Sinjar, dans le nord de l’Irak, et commis des crimes de masse contre la communauté yézidie, exécutant des milliers d’hommes et réduisant les femmes à l’esclavage sexuel. Plus de 2 800 femmes et enfants yézidis sont toujours portés disparus.

L’Allemagne, où vit une importante diaspora yézidie, est l’un des rares pays à s’être saisi judiciairement des exactions commises par l’EI

Les Nations unies, ainsi que plusieurs pays, ont reconnu le génocide commis à leur encontre, mais aucune condamnation pour génocide n’avait été prononcée jusqu’à présent. L’Allemagne, où vit une importante diaspora yézidie, est l’un des rares pays à s’être saisi judiciairement des exactions commises par l’EI contre cette minorité au nom du principe de la « compétence universelle », qui permet à un Etat de poursuivre les auteurs d’infractions les plus graves, même quand elles ont été commises hors du territoire national. Six condamnations ont été prononcées par la justice allemande pour crimes contre l’humanité ou complicité de crimes contre l’humanité d’hommes et de femmes qui s’étaient rendus dans les territoires conquis par l’EI, pour des faits en lien avec les yézidis.

Il vous reste 52.85% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess