En Belgique, le réseau de communication Sky ECC infiltré par la police

La police belge a mené, mardi 9 mars, ce qu’elle présente comme la plus grande opération de son histoire en ciblant un milieu criminel « tentaculaire » qui utilisait des téléphones cryptés, équipés du logiciel de la société Sky ECC, qui opère à partir du Canada et des Etats-Unis. La mobilisation de quelque 1 600 agents pour plus de 200 perquisitions a permis la saisie de 17 tonnes de cocaïne, d’armes, de voitures de luxe, d’uniformes de police, d’une somme de 1,2 million d’euros, etc.

Un quart des utilisateurs actifs du logiciel de Sky ECC, réputé inviolable par ses promoteurs, était localisé en Belgique et aux Pays-Bas. Attirant l’attention des enquêteurs, et notamment ceux d’Anvers confrontés à une véritable explosion du trafic de cocaïne, le réseau de ces « cryptophones » a toutefois pu être pénétré en 2018. Et les policiers belges ont intercepté au total 1 milliard de messages, dont la moitié a été décryptée à ce stade.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Piratage d’EncroChat : les recours se multiplient contre la justice française

De quoi obtenir « une image plus claire et plus détaillée du fonctionnement des organisations criminelles concernées, de leur caractère mondial, de leurs moyens financiers illimités, de leur absence de scrupules, de leur agressivité », indiquait mardi soir le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw.

Confrontés à une tâche titanesque – 3 millions de messages cryptés, écrits, enregistrements ou photos, s’échangent chaque jour entre les utilisateurs de Sky ECC –, les experts belges ont bénéficié d’une coopération internationale pour identifier, dans un premier temps, les personnes fournissant des téléphones cryptés aux milieux criminels. Quarante-huit suspects ont été interpellés dont, selon des quotidiens néerlandophones, un avocat et un avocat stagiaire. L’opération s’est aussi concentrée sur les saisies de téléphones (185), l’infrastructure et le réseau de distribution de Sky ECC.

Des utilisateurs ont aussi pu être identifiés, même si, en principe, il est impossible de retirer d’un téléphone saisi les contacts, le contenu des messages, ou l’historique de l’appareil. La compagnie Sky se vante, en effet, d’avoir mis au point un réseau mondial protégé, présenté comme une garantie infaillible « pour les échanges commerciaux ». La « protection contre les attaques frauduleuses » promise par la société, ainsi que « la garantie de confidentialité en permanence » auraient pour seul but de rendre la détection et les poursuites judiciaires impossibles, affirment les autorités judiciaires belges.

Il vous reste 31.63% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

#LuBess