En Chine, appels au boycott contre les marques qui refusent l’utilisation de coton du Xinjiang

Boutique H&M à Pékin, le 25 mars 2021.

Le calendrier est très politique : quelques jours après une passe d’armes diplomatique entre la Chine et l’Union européenne au sujet de la répression des minorités au Xinjiang, le numéro un mondial du prêt à porter, H&M et plus d’une dizaine de marques occidentales sont la cible d’une campagne de boycott en Chine. Lancés mercredi 24 mars par des internautes nationalistes, les appels au boycott ont été rapidement suivis d’effet : jeudi, les produits H&M avaient disparu des principaux sites de vente en ligne d’Alibaba, JD.com et Pinduoduo.

Les magasins H&M avaient même disparu sur les applications de cartes en ligne, comme Baidu Map. Les internautes nationalistes reprochent à la chaîne suédoise un communiqué publié il y a six mois dans lequel elle annonçait renoncer à utiliser du coton du Xinjiang dans ses vêtements. La campagne s’étend désormais à d’autres marques qui ont aussi mis fin à l’utilisation de coton du Xinjiang, comme Nike, Adidas, Uniqlo, New Balance, Gap…

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Ouïgours : les « sanctions ciblées » de l’Union européenne provoquent une riposte chinoise

Le moment n’est pas anodin : lundi, l’Union Européenne a imposé des sanctions contre trois responsables politiques chinois et une organisation paramilitaire impliqués dans la répression des minorités musulmanes (Ouighours, Kazakhs notamment) au Xinjiang, bientôt rejointe par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le Canada.

Une position « ignorante et arrogante »

C’est la première fois que l’Europe sanctionnait des responsables chinois depuis le massacre de Tianamen en 1989. En réaction, la Chine a sanctionné une dizaine de personnalités et organisations européennes, dont le député européen Raphaël Glucksman, qui dénonce activement la répression des Ouïgours, le chercheur Adrian Zenz, à l’origine de nombreuses révélations sur le sujet, ou le centre de recherche Merics spécialisé sur la Chine.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « J’étais morte de l’intérieur » : une Ouïgoure rescapée des camps de rééducation en Chine témoigne

Jeudi, sur les réseaux sociaux chinois, certains se filment mettant le feu à leur collection de baskets Nike. Le hashtag « Je soutiens le coton du Xinjiang » est le plus discuté sur Weibo, le site de microblog chinois similaire à Twitter, avec plus d’un milliard de vues et 8 millions de commentaires. Plusieurs vedettes chinoises ont mis fin à leurs collaborations avec H&M et Nike. D’après des vidéos diffusées en ligne, des centres commerciaux ont même décroché les panneaux indiquant la présence d’un magasin H&M.

Si la campagne semble avoir été lancée par des internautes, mercredi, plusieurs médias d’Etat et organisations officiels l’ont relayée activement. La Ligue de la jeunesse communiste écrivait par exemple : « Diffuser des rumeurs pour boycotter le coton du Xinjiang tout en essayant de gagner de l’argent en Chine ? C’est se bercer d’illusion. » Le compte de l’Armée populaire de libération, l’armée chinoise, qualifiait quant à lui la position de H&M d’« ignorante et arrogante ».

Il vous reste 40.02% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Facebook bloque une opération de cybersurveillance visant des expatriés ouïgours

Next Post

Algérie : le journaliste Khaled Drareni sera rejugé

Related Posts