En Chine, l’utilisation du code santé à des fins politiques scandalise la population


Une personne doit scanner son code santé pour entrer dans un bâtiment officiel, à Shanghaï, en Chine, le 1er juin 2022.

Pourquoi se compliquer la vie ? Craignant de voir des épargnants venir réclamer leur argent déposé dans quatre petites banques du Henan en grande difficulté, des fonctionnaires de cette province du centre de la Chine n’ont trouvé de meilleure solution que de faire passer au rouge leur code santé, les empêchant ipso facto de se déplacer. C’est, semble-t-il, la première fois que ce sésame devenu indispensable pour entrer dans un magasin ou acheter un titre de transport, est détourné de sa fonction initiale afin d’assurer la « stabilité sociale » chère au président Xi Jinping.

En raison de la politique zéro Covid, les autorités de Zhangzhou, la capitale du Henan, exigent que toute entrée dans la ville en provenance d’une autre région, leur soit signalée trois jours à l’avance. Or, selon plusieurs témoignages parus ces derniers jours dans la presse chinoise, des Chinois ayant indiqué ces dernières semaines vouloir se rendre à Zhangzhou ont vu leur code passer au rouge une fois arrivés à la gare de cette ville voire avant leur départ. Certains se sont même isolés, croyant qu’ils avaient le Covid-19. Comme par miracle, ceux qui avaient réussi à atteindre le Henan ont vu leur code passer au vert dès qu’ils ont fait des démarches pour rentrer chez eux.

Le cas n’est pas tout à fait isolé. Selon le magazine en ligne Sixth Tone, en pointe sur le sujet, des propriétaires d’un complexe immobilier en cours de construction à Zhangzhou et dont le chantier est à l’arrêt depuis des mois se sont vus attribuer dimanche 12 juin un code rouge, trois jours après avoir envoyé une pétition à la municipalité. Sur Weibo, le Twitter chinois, une autre habitante de Zhangzhou affirme que son code est passé orange – ce qui limite également ses déplacements – le jour où elle s’apprêtait à se rendre au tribunal pour contester la démolition de sa maison.

Le sujet passionne les Chinois. Le hashtag s’y rapportant a été vu par plus de 350 millions d’internautes. Le code santé mis en place en 2020 est désormais parfois qualifié de « chaîne électronique ». « Le gouvernement a maintenant le pouvoir de décider si une personne est saine ou non ou pour être plus précis si elle constitue une “menace” pour les autres », dénonce un internaute. A un autre Chinois qui se plaint : « Ce n’est sans doute qu’un début », un autre répond : « Le sans doute est de trop ».

« Abus de pouvoir »

Alors que les diverses autorités du Henan se renvoient la balle, les médias officiels tentent d’éteindre l’incendie. Tant Hu Xijin, l’éditorialiste du Global Times qu’un des sites en ligne du Quotidien du Peuple expliquent qu’« on ne peut pas utiliser le contrôle de l’épidémie pour le contrôle social ou le maintien de la stabilité sociale. C’est contraire à la loi et cela risque de miner la confiance de la population. A chaque code, son utilité », expliquent-ils.

Il vous reste 29.89% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess