En Corée du Sud, Google condamné à 150 millions d’euros d’amende pour abus de position dominante

Joh Sung-wook, à la tête de l’Autorité de la concurrence coréenne, lors d’un briefing avec le gouvernement, à Sejong (Corée du Sud), le 14 septembre 2021.

L’Autorité de la concurrence de Corée du Sud a condamné Google, mardi 14 septembre, à une amende de plus de 176 millions de dollars (soit 149 millions d’euros) pour abus de position dominante sur le marché des applications mobiles et des systèmes d’exploitation.

Cette décision survient deux semaines seulement après l’adoption par Séoul d’une loi interdisant à Apple et Google de forcer les développeurs d’applications à utiliser leurs systèmes de paiement, déclarant ainsi illégaux leurs lucratifs monopoles sur l’App Store et le Play Store. Les deux géants américains avaient ainsi prélevé jusqu’à 30 % de commission sur les ventes d’applications.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Derrière la volonté européenne d’encadrer Google, Amazon, Facebook et Apple, une lutte d’influence

D’une manière similaire, une juge américaine a ordonné, la semaine dernière, à la marque à la pomme de ne plus imposer aux éditeurs d’utiliser son système de paiement pour leurs applications, dans le cadre d’un contentieux l’opposant au développeur américain de jeux vidéo Epic Games.

4,3 milliards d’euros de revenus pour le Play Store

Cette décision « portera atteinte aux avantages dont bénéficient les consommateurs », a réagi Google, qui prévoit de faire appel, selon des propos rapportés par l’agence de presse Yonhap.

Google et Apple dominent le marché des applications en ligne en Corée du Sud, douzième puissance économique mondiale et leader dans le secteur des nouvelles technologies. L’Autorité de la concurrence coréenne (Korea Fair Trade Commission) enquête depuis 2016 sur Google, accusé d’avoir empêché les fabricants locaux de smartphones, notamment Samsung, de développer le système d’exploitation Android.

Elle a jugé que Google avait ainsi entravé la concurrence sur le marché en vertu d’un accord empêchant les fabricants de smartphones d’installer des versions modifiées d’Android sur leurs appareils. « A cause de cela, les fabricants de smartphones n’ont pas pu lancer de produits innovants avec de nouveaux services », a estimé la KFTC dans un communiqué. « En conséquence, Google a pu renforcer sa position dominante sur le marché des systèmes d’exploitation mobiles. » Elle a ainsi condamné le géant américain à une amende de 176,8 millions de dollars (149 millions d’euros) et lui a ordonné de prendre des mesures rectificatives.

Lire la tribune : « Ni Apple ni Google n’avaient besoin de ces comportements prédateurs »

De son côté, Google a soutenu que les commissions facturées par le Play Store sont la norme dans ce secteur, alléguant qu’elles permettent de compenser le coût lié à la création de plates-formes sûres pour que les éditeurs aient accès à des utilisateurs dans le monde entier. Le Play Store a enregistré des revenus de près de 4,3 milliards d’euros en 2019, soit 63 % du marché sud-coréen, selon les données du ministère des sciences de Séoul.

Le Monde avec AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess