En Europe centrale, les diasporas font entendre leur voix

Par

Publié aujourd’hui à 13h58

Ils sont des milliers de Roumains à patienter un peu partout en Europe, ce 6 décembre 2020, devant les bureaux de vote installés dans leurs ambassades. Celui de Vienne, en Autriche, est l’un des 748 que Bucarest a ouverts pour permettre à ses ressortissants à l’étranger de participer aux législatives. Avec plus de 3 millions d’expatriés à travers le monde, la diaspora roumaine − 15 % de la population − est l’une des plus importantes d’Europe. Devant l’ambassade, à Vienne, les discussions vont bon train.

Militant du Parti de la liberté, de l’unité et de la solidarité (PLUS, libéral et pro-européen), Liviu Negut, 28 ans et programmeur de logiciels, assure que « c’est notre devoir de voter pour changer la Roumanie ». Lui et sa compagne, chargée de communication dans une société de gestion de brevets, participent « à chaque élection ». Le couple habite depuis 2012 à Vienne, où ils sont restés après leurs études. Diplômés et pro-européens, à l’image de la jeunesse qui a fait tomber, en 2019, le précédent gouvernement roumain, les deux cadres ont à maintes reprises manifesté devant leur ambassade en Autriche pour dénoncer les atteintes portées à l’indépendance de la justice par le Parti social-démocrate (PSD) alors au pouvoir en Roumanie et dont le leader a fini emprisonné pour corruption.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Roumanie, des élections sur fond de coronavirus et de misère des hôpitaux

A quelques mètres de là, des supporteurs du nouveau parti de droite nationaliste, Alliance pour l’unité des Roumains (AUR), font un esclandre, affirmant qu’on les empêche de voter. Surtout, ils se filment pour être vus sur les réseaux sociaux. « Nous avons quitté la Roumanie pour avoir une vie meilleure, mais nous demeurons roumains et nous aimons notre pays », explique leur représentant en Autriche, Constantin Alin. Cet ingénieur en informatique ne voit aucune contradiction à défendre une vision nationaliste, tout en vivant à l’étranger : « Que ce soit en Roumanie ou en Autriche, les immigrés qui viennent pour travailler ne posent pas de problème », affirme-t-il.

Pour la Hongrie, la carte montre la part des votes à l’étranger des électeurs naturalisés hongrois. Les électeurs émigrés comptent pour 1 % des votants.

Pour cette étude, Le Monde a sélectionné différents scrutins tenus récemment dans sept pays d’Europe centrale et orientale particulièrement concernés par l’émigration. A l’aide des résultats électoraux détaillés, Le Monde a pu établir pour chacun d’entre eux le taux de bulletins issus de la diaspora, ainsi que comparer l’orientation des résultats à l’étranger et au pays.

Sources : Département des affaires économiques et sociales de l’ONU (DAES) ; Commissions électorales nationales

Cartographie Le Monde : Jean-Baptiste Chastand, Francesca Fattori, et Riccardo Pravettoni

Cette bataille de trottoirs, à plus de 500 km de la frontière roumaine, est symbolique. Alors que ces deux partis, récemment créés, se disputent des électeurs ayant quitté leur pays d’origine, le PSD, qui domine la scène politique roumaine depuis 1989, est, lui, complètement absent des débats à l’étranger. Cette formation issue du Parti communiste, qui s’est dévoyée dans la corruption et a dérivé vers le souverainisme ces dernières années, n’a pas déployé un seul militant à Vienne, ni ouvert de page Facebook consacrée aux Roumains de l’étranger – le b.a.-ba de ses concurrents cherchant à séduire la diaspora.

Il vous reste 83.08% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Bassirou Diomaye Faye : « On était averti que le pouvoir allait coller une histoire de mœurs (à Sonko) dans ce salon de massage mais… »

Next Post

Tatiana Stanovaya : « En Russie, l’initiative est du côté du FSB »

Related Posts