En Iran, le complexe nucléaire de Natanz touché par un acte de « terrorisme », selon Téhéran

L’usine d’enrichissement d’uranium de Natanz, située à 250 km au sud de la capitale Téhéran, en Iran, le 30 mars 2005.

L’usine d’enrichissement d’uranium de Natanz, dans le centre de l’Iran, où les autorités ont annoncé, dimanche 11 avril, une « panne de courant » d’origine suspecte, a été visée par un acte de « terrorisme antinucléaire », selon un communiqué officiel diffusé par la télévision d’Etat.

« La République islamique d’Iran, tout en condamnant cette action futile, souligne la nécessité pour la communauté internationale et l’Agence internationale de l’énergie atomique de faire face à ce terrorisme antinucléaire », affirme, dans ce communiqué, le chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), Ali Akbar Salehi. Le communiqué n’accuse nommément aucun groupe ou Etat pour cette attaque et ne donne aucune indication sur l’état des installations visées.

« Cette action reflète (…) l’échec des opposants aux négociations (…) pour lever les sanctions cruelles » des Etats-Unis à l’encontre de l’Iran, ajoute M. Salehi, en référence aux négociations en cours à Vienne pour tenter de faire revenir les Etats-Unis dans l’accord international de 2015 sur le nucléaire iranien et lever les sanctions imposées par Washington contre Téhéran depuis 2018. Elle montre aussi « la défaite des opposants au progrès industriel et politique du pays dans le but d’empêcher un développement éclatant de l’industrie nucléaire », juge le chef de l’OIEA.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Nucléaire iranien : mobilisation diplomatique « constructive » à Vienne

Nouvelles centrifugeuses

M. Salehi promet que son pays « continuera également de poursuivre sérieusement l’expansion de la technologie nucléaire, d’une part, et ses efforts pour lever les sanctions cruelles, d’autre part, afin de contrecarrer les objectifs des commanditaires de cet acte terroriste ».

Plus tôt dimanche, le porte-parole de l’OIEA, Behrouz Kamalvandi, avait annoncé qu’une « panne de courant » s’était produite dans la matinée dans l’usine d’enrichissement d’uranium de Natanz, l’un des principaux centres du programme nucléaire de la République islamique, où avaient été lancées, la veille, de nouvelles cascades de centrifugeuses interdites par l’accord sur le nucléaire iranien de 2015.

Lire aussi Nucléaire iranien : comprendre pourquoi Téhéran a recommencé à enrichir l’uranium à 20 %

Le Monde avec AFP

via LeMonde

Total
2
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

La Chine émet des doutes sur l’efficacité de ses propres vaccins

Next Post

Vidéo – Kya Aïdara, la charmante femme de Pape Cheikh Diallo, se défoule à la soirée du PBS au Pullman

Related Posts