En Tunisie, un journaliste en garde à vue après des déclarations sur l’armée

Un journaliste tunisien a été placé en garde à vue par la justice militaire qui a ouvert une enquête après ses déclarations sur l’armée tunisienne à une télévision arabe, a indiqué, dimanche 12 juin, à l’AFP son avocat, Samir Ben Amor.

Le parquet militaire a ouvert une information judiciaire contre Salah Attia, journaliste dans un quotidien local, à la suite de propos tenus vendredi sur la chaîne qatarie Al-Jazeera, a précisé Ben Amor.

Le journaliste y a affirmé notamment que le président Kaïs Saïed avait « demandé officiellement à la force militaire d’intervenir contre l’Union générale tunisienne du travail », la puissante centrale syndicale UGTT, et d’encercler ses locaux avant une grève générale prévue le 16 juin.

Selon ce journaliste, qui s’oppose au coup de force de M. Saïed du 25 juillet 2021, l’armée aurait informé l’UGTT de son refus face à cette demande du président.

« On dirait que nous sommes dans les derniers jours du régime de Ben Ali », a encore dit le journaliste sur Al-Jazeera pour décrire la situation en Tunisie.

« Déclarations mensongères »

A la suite de ces déclarations, le journaliste a été interpellé par la justice militaire qui a décidé samedi de le placer en garde à vue quand il a refusé de dévoiler ses sources, selon son avocat. Le journaliste est soupçonné notamment « d’avoir porté atteinte à l’armée », et d’« inciter les Tunisiens à la violence », d’après son avocat. Il sera déféré lundi devant un juge militaire qui pourrait le placer en détention provisoire.

Samedi, l’UGTT a démenti dans un communiqué des « déclarations mensongères » du journaliste. M. Attia n’est pas le premier journaliste poursuivi par la justice militaire.

En avril, un journaliste de télévision a été condamné à quatre mois de prison pour « offense » envers le chef de l’Etat, après être intervenu dans une émission télévisée. Il a fait appel et est en liberté en attendant la suite de la procédure.

Des ONG locales et internationales ont régulièrement dénoncé ces dernières années les poursuites judiciaires engagées contre des civils par des tribunaux militaires, estimant qu’elles se sont intensifiées depuis le coup de force le 25 juillet du président Saïed qui s’est arrogé les pleins pouvoirs. Des députés du Parlement dissous par le président ont également été poursuivis par la justice militaire.

Le Monde avec AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess