En Turquie, le jeu dangereux d’Erdogan

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, s’adresse à ses partisans à Eskisehir (Turquie), le 23 octobre 2021.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan aime toujours autant les coups d’éclat. En déplacement, samedi 23 octobre, à Eskisehir, au nord-ouest du pays, il a donné de la voix, réitérant la menace, proférée quelques jours plus tôt, de renvoyer « le plus vite possible » dix ambassadeurs en poste à Ankara, dont ceux de la France, de l’Allemagne et des Etats-Unis. Sept des pays visés sont des alliés de l’OTAN, six sont des membres de l’Union européenne, trois sont les principaux partenaires d’Ankara.

L’expulsion des diplomates, dont l’ambassadeur de France, Hervé Magro, devrait être annoncée dans la journée de lundi, après la réunion du conseil des ministres que M. Erdogan présidera, puisqu’il exerce désormais les fonctions de président et de premier ministre. Va-t-il reculer ou choisir d’aller au-devant d’une crise inédite, dont il ne risque pas de sortir grandi ?

Samedi, il semblait déterminé. « J’ai donné l’ordre nécessaire à notre ministre des affaires étrangères, ces dix ambassadeurs doivent être déclarés personae non gratae le plus vite possible », a-t-il lancé à un parterre d’admirateurs. « Ils vont apprendre à connaître la Turquie », a-t-il ajouté sous les acclamations de la foule.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Erdogan menace d’expulser dix ambassadeurs

Cette nouvelle algarade intervient après que les dix ambassadeurs visés, tous en poste à Ankara, ont lancé un appel commun à la libération d’Osman Kavala, le mécène turc emprisonné depuis quatre ans sans jamais avoir été condamné. Dans un communiqué publié lundi 18 octobre, le Canada, la France, la Finlande, le Danemark, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, la Suède et les Etats-Unis avaient réclamé un « règlement juste et rapide de l’affaire ». Cet appel a fait suite à une décision de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH), laquelle a ordonné la libération du mécène, ce qu’Ankara refuse de faire.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Osman Kavala, le mécène turc qui embarrasse Erdogan

A rebours de ses dernières intentions

La réaction du président Erdogan a été cinglante. Dans l’avion qui le ramenait d’une tournée en Afrique, il a menacé de renvoyer les diplomates signataires de l’appel. A première vue, sa déclaration semblait saugrenue, assimilable à une gesticulation. Surtout, elle allait à rebours des intentions qu’il affichait récemment, à savoir un recalibrage de sa politique étrangère vers une accalmie.

Mevlut Cavusoglu, le chef de la diplomatie turque, ne savait plus sur quel pied danser. Chargé d’appliquer la décision présidentielle, il a un instant tenté de convaincre son patron que le moment était peut-être mal choisi. Renvoyer l’ambassadeur des Etats-Unis à quelques jours du sommet du G20, prévu pour se tenir samedi 30 et dimanche 31 octobre à Rome, n’était peut-être pas une bonne idée.

Il vous reste 53.58% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess