Etats-Unis : au procès Theranos, le jury reste indécis sur la culpabilité d’Elizabeth Holmes

Elizabeth Holmes, à son arrivée au tribunal de San José (Californie), le 31 août 2021.

Ce procès est celui de ce qui pourrait être la plus grande escroquerie de la Silicon Valley. Et après sept jours de délibérations, son verdict reste en suspens. Les douze jurés – huit hommes et quatre femmes – du tribunal fédéral de San José, en Californie doivent déterminer si Elizabeth Holmes, 37 ans, est coupable de fraude ou si elle croyait sincèrement qu’elle allait révolutionner le marché des diagnostics sanguins avec sa société Theranos. Elle encourt des dizaines d’années de prison.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés La chute d’Elizabeth Holmes, « girl boss » de la Silicon Valley

Lundi 3 janvier, ils ont indiqué au juge qu’ils ne parvenaient pas à se mettre d’accord à l’unanimité pour trois des onze charges pesant contre l’icône déchue de la Silicon Valley, sans faire état de leur décision sur les huit autres. Le juge fédéral Edward Davila a répondu aux jurés de continuer à délibérer sur les chefs d’accusation qui les opposent, affirmant qu’il n’y a pas de précipitation.

Si, malgré de nouvelles discussions, les jurés ne parviennent toujours pas à s’entendre, le juge a la possibilité d’accepter les verdicts sur lesquels une décision a été trouvée, et de déclarer l’annulation du procès pour les autres chefs d’accusation. Il appartiendrait alors aux procureurs de demander ou non un nouveau procès pour ces chefs d’accusation laissés en suspens.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Au procès Theranos, l’ex-PDG Elizabeth Holmes témoigne, souriante et sûre d’elle

Plus de trois mois de témoignages

Les jurés ont commencé à délibérer en fin de journée le 17 décembre, après avoir entendu des témoignages pendant plus de trois mois lors du procès à San José, au cœur de la Silicon Valley.

Mme Holmes avait fondé Theranos en 2003, à l’âge de 19 ans. Elle promettait de produire des outils de diagnostic plus rapides et moins chers que ceux des laboratoires traditionnels. Devenue milliardaire à 30 ans, elle symbolisait à de nombreux égards les entrepreneurs de la Silicon Valley, entre l’abandon à 19 ans de ses études dans la prestigieuse université de Stanford et son goût pour les pulls noirs à col roulé, le vêtement emblématique du mythique cofondateur d’Apple Steve Jobs.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Affaire Theranos : « Si Elizabeth Holmes est acquittée, rien ne changera dans la culture de la Silicon Valley »

Mais ses appareils, qui devaient être révolutionnaires, ne fonctionnaient pas. Le procureur l’avait accusée d’avoir choisi « la fraude plutôt que la faillite ». L’avocat de Mme Holmes, au contraire, a assuré qu’elle croyait en toute bonne foi en son invention. L’affaire pose la question de savoir jusqu’à quel point les start-up peuvent embellir leurs activités le temps qu’elles arrivent à maturité.

Écouter aussi Theranos : la plus grande escroquerie de la Silicon Valley

Le Monde avec AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess