Euro 2021 : 60 000 spectateurs à Wembley, malgré la pandémie

Des supporteurs écossais lors du match entre l’Angleterre et l’Ecosse, au stade Wembley, à Londres, le 18 juin 2021.

Quand l’Ecosse affronte l’Angleterre au stade de Wembley (Londres) le 18 juin, pour les matchs de poule éliminatoires de l’Euro 2021, les supporteurs écossais n’obtiennent que 2 600 places, prudence sanitaire oblige. Parmi les heureux élus à obtenir l’un des rares billets disponibles, 397 sont testés positif au Covid-19 dans les jours qui suivent la rencontre, soit 15 % d’entre eux.

Le football, avec ses foules en liesse se prenant dans les bras, est-il une source de super-contamination ? La question se pose alors que Wembley s’apprête à recevoir 60 000 spectateurs pour les demi-finales de l’Euro 2021 mardi et mercredi 6 et 7 juillet, soit les deux tiers de la capacité du stade londonien. Pour le match Angleterre-Ecosse, la jauge était encore limitée à 22 500 spectateurs.

De passage au Royaume-Uni pour une visite officielle vendredi, la chancelière allemande Angela Merkel a estimé ce niveau « très inquiétant » : « Je me demande si ça ne fait pas un peu trop. » Son ministre de l’intérieur, Horst Seehofer, parle de son côté d’une attitude « complètement irresponsable », un commentaire qui visait Londres, mais aussi Budapest, où le stade a également reçu 60 000 personnes.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Malgré le variant Delta, le gouvernement de Boris Johnson veut lever l’essentiel des restrictions sanitaires en Angleterre

La décision des autorités britanniques d’ouvrir largement leur stade survient alors que les dernières statistiques au Royaume-Uni montrent une forte résurgence du virus. Plus de 20 000 personnes sont contrôlées positives chaque jour, le même niveau que fin octobre, qui avait, à l’époque, incité le premier ministre britannique, Boris Johnson, à instaurer un deuxième confinement.

La situation est pourtant très différente. Au Royaume-Uni, 64 % des adultes sont vaccinés avec deux doses, auxquels il faut ajouter 22 % qui ont reçu une première dose.

Frontières relativement fermées

La fin de toutes les restrictions, à partir du 19 juillet, inclura l’ouverture complète des stades. Théoriquement, la saison de la Premier League, qui débute en août, devrait donc reprendre « normalement ».

Par ailleurs, l’étude des autorités sanitaires écossaises ne dit pas que les supporteurs ont nécessairement été contaminés dans le stade. La plupart d’entre eux sont descendus pendant deux ou trois jours sur Londres, célébrant sans discontinuer. Plusieurs milliers d’autres membres de la Tartan Army (les fans écossais), sans ticket, étaient venus dans la capitale britannique pour faire la fête. Parmi eux, les autorités écossaises ont comptabilisé 900 cas positifs. En clair, boire de l’alcool et chanter en groupe pendant trois jours est une source de contamination évidente, qu’on entre dans le stade ou pas.

Il vous reste 23.55% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Total
2
Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Previous Post

En Inde, le jésuite accusé de conspiration maoïste meurt en détention

Next Post

Barrage sur le Nil : l’Egypte dénonce la poursuite du remplissage par l’Ethiopie

Related Posts