Face à Biden, la Chine pense avoir déjà gagné la partie

Chronique. A l’issue de la première rencontre entre son administration et des hauts responsables chinois, les 18 et 19 mars en Alaska, le président américain, Joe Biden, s’est dit « très fier de son secrétaire d’Etat ». On le sait, Antony Blinken a donné le ton – glacial – des échanges dès la première minute en évoquant Hongkong, le Xinjiang et Taïwan et en réitérant sa formule fétiche : « Notre relation avec la Chine sera compétitive quand elle devra l’être, collaborative quand elle pourra l’être, et antagoniste quand ce sera nécessaire. » On ne sait malheureusement pas ce que le président chinois a pensé de la prestation de Yang Jiechi, le membre du bureau politique qui dirigeait la délégation. Mais il n’y a aucun doute que Xi Jinping avait donné son aval aux déclarations liminaires si peu diplomatiques de celui-ci. Non seulement le contenu mais aussi la longueur totalement inhabituelle – seize minutes – de sa première prise de parole constituent un signal explicite : la Chine n’entend plus respecter les règles, même purement formelles, décidées par d’autres.

La Chine ne se faisait pas d’illusion. Elle savait qu’elle n’aurait pas la partie facile. Depuis son arrivée à la Maison Blanche, Joe Biden n’a envoyé aucun message, même symbolique, marquant un « nouveau départ » des relations sino-américaines. Au contraire, vu de Pékin, Biden, c’est Trump plus les droits de l’homme. Donc Trump en pire. Les tarifs douaniers ? Maintenus. Les mesures contre Huawei, ZTE et autres fleurons technologiques chinois ? Renforcées. La liste humiliante des responsables nommément sanctionnés en raison de la politique menée au Xinjiang ou à Hongkong ? Rallongée. Même chose sur le terrain diplomatique avec le renforcement des alliances et partenariats entre les Etats-Unis et les pays de l’Indo-Pacifique. Mi-mars, M. Blinken est allé jusqu’à qualifier Taïwan de « pays », ce que même l’administration Trump s’était abstenue de faire.

Lire aussi Joe Biden face aux régimes autoritaires

Si l’on compare la relation entre les deux administrations à un match de boxe – comme l’a fait Evan Medeiros, ancien conseiller de Barack Obama –, c’est clairement la Chine qui, depuis quelques semaines, encaisse les coups.

Début d’un « glorieux millénaire »

Pourtant, loin de se sentir dans les cordes, la Chine estime qu’elle est en train de remporter le match. Le QUAD ? Que pèse cette alliance informelle entre les Etats-Unis, le Japon, l’Australie et l’Inde face à l’accord de libre-échange (RCEP) conclu en novembre 2020 entre la Chine, les pays de l’Asean (à l’exception de l’Inde) mais aussi le Japon et l’Australie ? Jeudi, Yang Jiechi n’a pas manqué de rappeler que l’Asean, le Japon et la Corée du Sud sont les premier, deuxième et troisième partenaires commerciaux de la Chine.

Il vous reste 41.76% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Australie : la diffusion de vidéos d’actes sexuels au sein du Parlement crée un scandale

Next Post

Les bureaux de vote ont ouvert en Israël pour les quatrièmes élections législatives en deux ans

Related Posts