Fin de cavale pour le banquier portugais Joao Rendeiro

Joao Rendeiro, en 2005, à Séville, en Espagne.

Cela faisait près de trois mois qu’il avait pris la fuite, afin d’éviter son incarcération. Samedi 11 décembre, le banquier portugais Joao Rendeiro, visé par un mandat d’arrêt international, a finalement été interpellé dans sa fastueuse planque : un hôtel cinq étoiles de Durban, en Afrique du Sud. Sur cet homme de 69 ans, qui se pensait intouchable, pèsent trois condamnations pour « fraude », « abus de confiance », « faux et blanchiment », dont deux pour prison ferme, pour un total de dix-neuf ans de prison.

Dans l’attente d’être entendu par la justice sud-africaine, qui devra trancher sur la demande d’extradition portugaise, il a été incarcéré dans la prison réputée violente de Westville, où, selon ses avocats, il aurait reçu des menaces. Depuis des mois, les Portugais suivent avec un mélange de fascination et d’indignation ses péripéties, dignes d’une série télévisée.

Fondateur de la Banque privée portugaise (BPP), une banque d’investissement créée en 1996 et spécialisée dans la gestion des grosses fortunes, ses démêlés avec la justice ont commencé après la faillite de la banque. En 2008, un trou de 700 millions d’euros dans les caisses oblige le gouvernement portugais à intervenir pour recapitaliser l’établissement financier, en pleine crise économique.

Une succession de procès

En 2010, devant l’impossibilité de remettre la banque à flot, celle-ci est finalement liquidée, et plusieurs procédures judiciaires sont lancées contre ses dirigeants, dont M. Rendeiro. Les procès se succèdent alors, sans qu’il ne change son train de vie luxueux, dans sa demeure de la zone résidentielle de Quinta Patiño, à Cascais, ni ne limite ses voyages en Europe ou en Amérique. La justice lui laisse alors la pleine liberté de mouvement, tant qu’aucune condamnation ferme n’est prononcée.

C’est le cas, finalement, en septembre, lorsqu’il est condamné en dernière instance à cinq ans et huit mois de prison pour falsification informatique et faux, ainsi que pour l’altération des comptes de la BPP. Quelques jours plus tard, il est condamné à trois ans et demi de prison pour « fraudes qualifiées » commises contre des clients. Alors qu’il a fait appel d’un troisième jugement, qui l’a condamné, en mai, à dix ans de prison pour s’être approprié 13,6 millions d’euros de la banque entre 2003 et 2008 à des fins personnelles, il décide de prendre le large.

Un « bouc émissaire »

Le 28 septembre, alors qu’un ordre d’incarcération semble imminent, le banquier, qui se trouve alors en voyage à Londres, l’annonce sans fard sur son blog, Arma/Critica. Se définissant comme un « bouc émissaire », il prévient ses lecteurs qu’il ne rentrera pas au Portugal. « Mon absence est un acte de légitime défense face à une justice injuste », écrit-il.

Il vous reste 27% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess