Ghana/ Ramatu Musa : le « bébé miracle » qui vit sans nez

Un bébé né sans nez et qui vit depuis un an et huit mois a choqué beaucoup de monde au Ghana.

L’état de Ramatu Musa, appelé arhinie congénitale, est une maladie rare et l’un des quelques centaines de cas enregistrés dans le monde.Les médecins de l’unité pour mères et bébés de l’hôpital universitaire Komfo Anokye au Ghana, où la petite est née, avaient peu d’espoir qu’elle vive après sa naissance.

Publicité
–>

Le Dr Gyikua Plange Rhule, pédiatre consultant à l’hôpital universitaire Komfo Anokye, a souligné que les chirurgiens ont conseillé que le bébé grandisse encore un peu avant qu’une procédure médicale puisse être menée à bien.

« Fondamentalement, elle n’a pas de nez ni aucun de ces passages que vous utilisez habituellement pour respirer. Pour l’instant, nous pensons qu’elle respire en grande partie par la bouche. Il est possible d’améliorer son apparence en lui fabriquant une sorte de prothèse nasale. La chose la plus difficile est de construire un nez qu’elle puisse utiliser pour respirer.

C’est très compliqué et, jusqu’à présent, l’opinion des chirurgiens est que nous ne devrions pas le faire, car cela serait probablement trop traumatisant, douloureux et stressant. Le consensus général est que nous devrions la laisser tranquille, la laisser grandir un peu et l’évaluer à nouveau », a-t-elle ajouté. Musa n’a pas d’autres foyers que l’unité pour mères et bébés depuis que ses parents l’ont laissée à l’hôpital, incapables d’accepter son état.

Le personnel hospitalier bienveillant, qui est pratiquement devenu sa famille, contribue à son alimentation, à son habillement, à ses couches, à ses factures médicales et à son entretien général. Au-delà de ses difficultés de développement, Musa, également appelée Nkunim – un nom ghanéen local qui signifie « victoire » – est une joie pour l’hôpital.

« Elle fait tellement partie de nous que lorsqu’elle est emmenée, même pour un court instant, chez un spécialiste, tout le monde demande où elle se trouve. Ce sont les médecins et le personnel ici qui contribuent tous à prendre soin d’elle. Notre directeur prépare ses repas et les lui apporte tous les jours », explique son infirmière Edna Serwaa Boama Le souhait de Patience Ehuron, infirmière en chef adjointe à l’unité de soins intensifs, est de voir le bébé intégré dans un foyer où il pourrait être suivi et où il recevrait des soins appropriés.

Publicité 2



« Nous voulons la surveiller et voir ce qu’elle deviendra dans le futur. Notre principale préoccupation sera de lui trouver un foyer. » L’avenir du bébé semble toujours aussi sombre sur le plan médical. Son cas particulier exige un suivi spécial qui nécessite des fonds constants et des soins attentifs.

Crédit photo : africafeeds

via AfrikMag

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess