Guerre en Ukraine en direct : Kiev propose à Moscou des négociations sur le sort de Marioupol

Bonsoir PB,

Pas encore, mais vous nous en donnez l’occasion !

C’était la première fois que les ministres des finances du G20 se retrouvaient depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février, et les tensions étaient palpables. La présidence indonésienne avait été pressée dès le mois dernier d’exclure Moscou, mais s’y est refusée au nom de l’impartialité.

Mercredi, des ministres des finances et des banquiers centraux du G20, réunis en marge des réunions du FMI et de la Banque mondiale à Washington, ont quitté la salle de réunion ou éteint leur écran pour protester contre la présence de la Russie. Les ministres du G7 ont par ailleurs obtenu que l’Ukraine, qui n’est pas membre du G20, participe à cette réunion.

« La guerre est incompatible avec la coopération », a déclaré le ministre de l’économie français, Bruno Le Maire, en ouverture de la réunion du G20, en exhortant la Russie à « s’abstenir de participer aux réunions » de cette instance qui réunit les vingt grandes économies mondiales dont les Etats-Unis, la Chine, l’Inde, le Brésil, le Japon, la France et l’Allemagne. A défaut d’obtenir l’exclusion de Moscou, des ministres dont M. Le Maire et la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, ont décidé de boycotter les sessions où les responsables russes devaient prendre la parole.

« Les réunions de cette semaine à Washington ont pour but de soutenir l’économie mondiale et l’invasion illégale de l’Ukraine par la Russie constitue une grave menace pour l’économie mondiale », a tweeté la vice-première ministre canadienne, Chrystia Freeland, publiant une photo des responsables occidentaux ayant « quitté la plénière du G20 lorsque la Russie a cherché à intervenir ». « La Russie ne devrait pas participer ou être incluse dans ces réunions », a-t-elle ajouté. A Londres aussi, on souligne que les représentants britanniques ont quitté la salle.

A contrario, le ministre des finances allemand, Christian Lindner, a défendu la volonté de Berlin de participer à toutes les sessions, y compris celles en présence des responsables russes. « Nous n’offrirons pas une tribune à la Russie pour diffuser sa propagande et ses mensonges », a-t-il déclaré. Il a assuré que l’Allemagne, qui préside actuellement le G7 dont une réunion était prévue pour mercredi après-midi à Washington, s’efforçait en revanche d’obtenir « une réaction commune, en cas de participation de représentants russes aux réunions » du G20, sans entrer dans le détail.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess