Guerre en Ukraine, en direct : Vladimir Poutine fustige l’OTAN et son « hégémonie »

Image de couverture : Le président russe Vladimir Poutine s’entretient avec le président du Conseil du peuple turkmène, Gurbanguly Berdymukhamedov, à Achgabat, le 29 juin 2022. DMITRY AZAROV / AFP

Les contributions à ce direct sont ouvertes de 9 heures à 21 heures.

  • L’OTAN a promis, mercredi, de soutenir l’Ukraine aussi longtemps que nécessaire face à la « cruauté » de la Russie, lors d’un sommet à Madrid, où elle a validé le futur élargissement à la Suède et à la Finlande.
  • Les pays de l’OTAN ont également annoncé un renforcement de leur présence militaire sur le flanc oriental de l’Alliance, qui va porter à plus de 300 000 militaires les effectifs de ses « forces à haut niveau de préparation ».
  • Vladimir Poutine a, de son côté, dénoncé, mercredi, les « ambitions impérialistes » de l’Alliance atlantique qui cherche, selon lui, à affirmer son « hégémonie » à travers le conflit ukrainien. Mais le président russe a déclaré ne pas voir de « problèmes » à l’adhésion à l’OTAN de la Suède et la Finlande avec qui il dit ne pas avoir de « différends territoriaux ».
  • Sur le terrain, l’Ukraine continue de payer un lourd tribut à la guerre, avec de nouvelles attaques meurtrières contre des civils, notamment à Mykolaïv (Sud), où cinq personnes sont mortes dans une frappe sur un immeuble résidentiel, selon les autorités régionales.
  • A Lyssytchansk, dans l’est de l’Ukraine, la « fréquence » des bombardements russes est « énorme », a estimé le gouverneur de la région de Louhansk, Serhi Haïdaï. « Nous assistons à un pic d’intensité dans les combats », a-t-il poursuivi à la télévision ukrainienne.
  • Vladimir Poutine a rejeté, mercredi soir, la responsabilité de l’armée russe dans la frappe qui a ravagé, lundi, un centre commercial à Krementchouk, faisant au moins dix-huit morts. « Notre armée ne frappe aucun site d’infrastructure civile », a-t-il assuré.
  • Quelques heures après que Damas a annoncé reconnaître l’indépendance des républiques séparatistes de Donetsk et Louhansk, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a annoncé, mercredi, qu’il mettait fin aux relations diplomatiques de l’Ukraine avec la Syrie.
  • Selon Amnesty International, le bombardement, le 16 mars, du théâtre de Marioupol, dans lequel de nombreux civils s’étaient réfugiés, est « clairement un crime de guerre » russe. Dans un rapport, l’ONG estime que le nombre de victimes est toutefois largement inférieur à ce qui était craint.

Retrouvez notre direct d’hier ici.

Lire tous nos articles, analyses et reportages sur la guerre en Ukraine

Décryptages. Face à Vladimir Poutine, Emmanuel Macron manie la diplomatie des « fuites »

Factuel. Pour soutenir l’OTAN face à la Russie, les Etats-Unis musclent encore leur présence militaire en Europe

Reportage. Centre commercial de Krementchouk, en Ukraine : « Moscou fait ça pour nous pousser à renoncer »

Chronique. Alain Frachon : « Entre une Russie belliciste et des Etats-Unis en proie à une guerre civile permanente, l’Union européenne rassure »

Factuel. En Asie du Sud-Est, acheter des armes russes est devenu « un pari risqué »

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess