Guerre en Ukraine, en direct : Volodymyr Zelensky s’est entretenu avec le pape François ; l’UE va discuter d’une interdiction de visas pour tous les Russes

Base militaire russe endommagée en Crimée : le ministère de la défense britannique estime que « l’incident va probablement inciter l’armée russe à réviser sa perception de la menace »

Dans son bulletin d’information quotidien, le ministère de la défense britannique revient sur la série d’explosions qui se sont produites à l’aérodrome militaire de Saky, exploité par la Russie, dans le sud-ouest de la Crimée, mardi 9 août.

Alors que ce territoire annexé par la Russie en 2014 a jusqu’ici été épargné par le conflit, « la cause initiale des explosions n’est pas claire, mais les grands nuages en champignon visibles dans les vidéos des témoins a presque certainement été causé par la détonation de jusqu’à quatre zones de stockage de munitions non couvertes », écrit le ministère.

Au cours de l’attaque, « au moins cinq chasseurs-bombardiers Su-24 Fencer et trois jets polyvalents Su-30 Flanker H ont presque certainement été détruits ou sérieusement endommagés », note-t-il, alors que l’armée de l’air ukrainienne parle de son côté de neuf avions militaires russes détruits.

« La perte de huit avions de combat représente une proportion mineure de la flotte globale d’avions dont la Russie dispose pour soutenir la guerre. Cependant, Saky était principalement utilisé comme base pour les avions de la flotte de la mer Noire de la marine russe », ajoute le ministère de la défense britannique.

Ainsi, il estime que « la capacité aéronavale de la flotte est désormais considérablement dégradée » et que « l’incident va probablement inciter l’armée russe à réviser sa perception de la menace » en Crimée.

Notre journaliste Emmanuel Grynszpan note dans cet article qu’après l’attaque, qui a officiellement fait un mort et quinze blessés, « la Russie a immédiatement cherché à minimiser la portée de l’événement, parlant de détonation spontanée de munitions », et écarté l’hypothèse d’une attaque ukrainienne réussie.

De leur côté, les autorités ukrainiennes n’ont pas revendiqué l’attaque, mais « Kiev avait attendu plusieurs jours avant de s’attribuer la destruction du Moskva [vaisseau amiral de la flotte russe de la mer Noire, coulé en avril] ».

Si Kiev refuse pour l’instant de confirmer toute implication de son armée, un responsable militaire ukrainien, s’exprimant de manière anonyme et dont la parole a notamment été relayée par le Washington Post et le New York Times, a toutefois affirmé que les forces ukrainiennes étaient bien à l’origine des frappes.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

#LuBess