Guerre en Ukraine : face à la puissance de feu russe, l’inventivité de l’armée de Kiev


Photo satellite de l’île aux Serpents après une frappe présumée de drone ukrainien, le 6 mai 2022.

Après dix semaines de guerre entre des armées de taille inégale, le rapport de force évoque de plus en plus celui opposant David à Goliath. L’Ukraine a infligé une humiliante défaite tactique et symbolique à la Russie en détruisant, entre le 30 avril et le 8 mai, une dizaine d’équipements militaires sur l’île des Serpents, située en mer Noire, à 35 km des côtes ukrainiennes. Au premier jour de l’invasion russe, ce minuscule îlot de 0,17 km2 avait été le théâtre d’un acte de résistance célébré à travers toute l’Ukraine.

Le 24 février, le croiseur Moskva et le patrouilleur Vassili Bykov avaient menacé de bombarder l’île. Le commandant du croiseur Moskva avait exigé par radio la reddition immédiate des garde-côtes ukrainiens : « Je vous demande de déposer les armes et de vous rendre pour éviter un bain de sang et des morts inutiles. Sinon, vous serez bombardés. » Le chef des garde-côtes ukrainiens, Roman Gribov, avait répondu alors du tac au tac : « Navire de guerre russe, va te faire foutre », phrase devenue le cri de ralliement contre l’agression russe.

Île inutilisable par la flotte russe

L’île fut bombardée, prise d’assaut et tous les militaires ukrainiens ont été faits prisonniers. Mais la suite s’est révélée désastreuse pour la marine russe. Le croiseur Moskva est coulé le 14 avril dans une astucieuse attaque menée par deux missiles ukrainiens, tandis que les radars du navire russe étaient distraits par au moins un drone Bayraktar. Ce sont ces mêmes drones de fabrication turque qui ont détruit successivement, à partir du 30 avril, cinq batteries de défenses antiaériennes et antinavires installées sur l’île par l’armée russe.

Dans la foulée, quatre péniches de débarquement Raptor ont été détruites ainsi qu’un chaland de débarquement (classe Serna). La destruction des défenses antiaériennes a permis à deux avions de combat Su-27 ukrainiens d’effectuer, le 7 mai, un raid contre les bâtiments occupés par les militaires russes. Pour couronner le tout, un Bayraktar a détruit le lendemain un hélicoptère de transport Mi-8 au moment où il déposait des troupes russes sur l’île, apparemment chargées d’organiser son évacuation.

A défaut d’être reconquise par l’Ukraine, l’île des Serpents semble en tout cas inutilisable pour la flotte russe, qui l’incluait dans un dispositif assurant le blocus naval de l’Ukraine. L’épisode souligne deux réalités : la Russie n’est plus en mesure d’interdire le ciel aux aéronefs ennemis dans le sud de l’Ukraine ; et l’aviation de combat ukrainienne n’est pas anéantie, contrairement aux affirmations répétées depuis deux mois par le ministère russe de la défense.

Il vous reste 66.31% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess