Guerre en Ukraine : le grand rabbin de Moscou sonne l’alarme


Pinchas Goldschmidt, ancien grand rabbin de Moscou, à Jérusalem, le 13 juillet 2022.

Le grand rabbin de Moscou a beau avoir fui la Russie il y a quatre mois, peu après le déclenchement de la guerre contre l’Ukraine, il continue de marcher sur des œufs. « Je ne peux pas vous donner de détails sur les pressions dont j’ai fait l’objet, car cela aurait des conséquences sur les institutions juives de Moscou », explique Pinchas Goldschmidt au Monde par visioconférence depuis Jérusalem.

Juste après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les autorités russes ont exigé que cet influent religieux de 59 ans, né à Zurich, soutienne publiquement « l’opération militaire spéciale ». Pinchas Goldschmidt n’a pas cédé : « Je n’ai pas pu me taire car cette guerre est une immense catastrophe, pour l’Ukraine et pour la communauté juive en Ukraine, dont des synagogues ont été détruites. C’est aussi une catastrophe pour la Russie et les juifs russes. »

Il a donc quitté un pays où, depuis trente-trois ans, il avait contribué à la renaissance de la vie juive après la dissolution de l’URSS. « Comprenez-moi bien : l’Etat russe contrôle de très près la société civile et il peut décider de fermer tout ce que nous avons bâti, poursuit-il en français, sa langue natale. C’est tout un écosystème que je ne veux pas mettre en péril : un centre de services pour la communauté avec des jardins d’enfants, des magasins, des restaurants, de l’aide sociale… »

« Un écosystème que je ne veux pas mettre en péril »

Pinchas Goldschmidt a fui Moscou sur la pointe des pieds, avec son épouse, prétextant devoir s’occuper en Israël de son père malade. Finalement, dans un tweet publié le 7 juin, sa belle-fille, Avital Chizhik-Goldschmidt, a levé le voile sur les véritables raisons de son départ.

« Tout ce que je peux dire, c’est que les autorités russes ont manœuvré pour me faire remplacer par un autre rabbin. Je ne veux pas dire de qui il s’agit, mais il est issu d’une toute petite communauté », précise le rabbin. L’opération n’a pour l’instant pas abouti, mais Pinchas Goldschmidt a accepté de démissionner ce mois-ci de son poste de grand rabbin de Moscou, « sur le conseil de représentants de la communauté juive ».

D’autres leaders religieux n’ont pas eu ses préventions. Kirill, le patriarche de l’église orthodoxe russe, a publiquement soutenu la guerre en Ukraine, dans laquelle il voit un « sens métaphysique » et dont le but, selon lui, est de « vaincre des forces extérieures ténébreuses et hostiles ». Le mufti suprême de Russie, Talgat Tadjouddine, a poussé le zèle jusqu’à prier que « l’opération spéciale en Ukraine soit parachevée (…) pour qu’il ne reste ni fascistes ni parasites à côté de nous, car il ne nous resterait pas assez de dichlorvos [un insecticide très toxique] ».

Il vous reste 44.55% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess