Hongkong suspend sa commande de doses d’AstraZeneca, l’Afrique demeure « en marge » de la campagne vaccinale

Des personnes font la queue devant un centre de vaccination, à Hongkong, le 6 avril 2021.

La pandémie de Covid-19 a fait plus de 2,89 millions de morts dans le monde, selon un bilan établi par l’Agence France-Presse (AFP) à partir de sources officielles, jeudi 8 avril. Les Etats-Unis sont le pays le plus durement touché (559 000 morts), devant le Brésil (341 000) et le Mexique (206 000), l’Inde (167 000) et le Royaume-Uni (127 000).

Ces chiffres sont globalement sous-évalués. Ils se fondent sur les bilans quotidiens des autorités, sans inclure les réévaluations reposant sur des bases statistiques.

  • Hongkong suspend sa commande de vaccins d’AstraZeneca

Hongkong a confirmé, vendredi 9 avril, avoir demandé à AstraZeneca de suspendre sa commande, par crainte des effets secondaires de son vaccin contre le Covid-19. « Nous pensons qu’il n’est pas nécessaire qu’AstraZeneca livre les vaccins à la ville dans le courant de l’année », a déclaré la ministre de la santé hongkongaise, Sophia Chan, ajoutant que Hongkong voulait « éviter tout gaspillage en raison de leur rareté à travers la planète ».

Mercredi, l’Agence européenne des médicaments (AEM) a confirmé que, dans certains cas « très rares », l’inoculation de ce vaccin pouvait provoquer des caillots sanguins atypiques, associés à un niveau bas de plaquettes sanguines, susceptibles d’engager le pronostic vital. Mais « les bénéfices [du vaccin] restent largement supérieurs aux risques qu’il fait encourir », a souligné l’AEM. Ce qui signifie qu’il est plus probable de mourir du Covid-19 si vous l’attrapez que d’un caillot sanguin provoqué par l’injection d’une dose d’AstraZeneca.

Bien que Hongkong dispose d’un approvisionnement régulier et suffisant en vaccins, ses près de 7,5 millions d’habitants semblent peu enclins à se faire vacciner. Jusqu’à présent, seulement quelque 529 000 personnes ont reçu une première dose.

La confiance du public a été entamée par certaines décisions de l’exécutif, qui a notamment approuvé en urgence le vaccin de l’entreprise chinoise Sinovac en dépit de faibles résultats en matière d’efficacité. Par ailleurs, il a suspendu pendant dix jours sa campagne de vaccination avec le produit de Pfizer-BioNTech car des flacons avaient un emballage défectueux.

Nos réponses à vos questions : A quel point les vaccins sont-ils efficaces ? Quels effets secondaires ont-ils été observés ?
  • Vaccins : « l’Afrique demeure en marge », déplore l’OMS

L’Afrique demeure « en marge » de la campagne de vaccination, avec seulement « 2 % des vaccins administrés dans le monde », a déploré jeudi la directrice pour l’Afrique de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Matshidiso Moeti.

Ce continent est cependant moins touché par la pandémie, avec 4,3 millions de cas, dont 114 000 morts, sur une population de 1,2 milliard d’habitants.

La lenteur de la vaccination en Afrique s’explique par « des problèmes de pénurie, de financement, un manque de personnel qualifié », ainsi que des problèmes logistiques, selon Mme Moeti. L’acheminement des vaccins jusqu’aux populations se heurte à « des problèmes de transport et de chaîne du froid » et parfois à un « gaspillage » des doses, a relevé pour sa part Mohamed Malick Fall, directeur de l’Unicef pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe.

Lire aussi Vaccins contre le Covid-19 : l’Afrique rêve de s’affranchir des laboratoires occidentaux
  • Pénurie de vaccins en Inde

L’Inde, où 87 millions de doses de vaccin ont été administrées pour une population de 1,3 milliard d’habitants, est confrontée à une pénurie, selon les médias locaux, au moment où le nombre d’infections a atteint un nouveau record quotidien. Plus de 126 000 nouvelles infections ont été enregistrées en vingt-quatre heures, soit au moins dix fois plus que les chiffres du mois de février, et environ 1,8 million de nouveaux cas ont été enregistrés depuis le 1er mars.

Cela a poussé plusieurs régions à renforcer les restrictions d’activité, tandis que, dans l’ouest de l’Inde, le Maharashtra, épicentre actuel de l’épidémie, où se trouve la mégapole Bombay, devrait entrer en confinement ce week-end. Le Tamil Nadu, dans le sud, a été le dernier Etat, jeudi, à annoncer de nouvelles restrictions.

Le premier ministre, Narendra Modi, qui a reçu jeudi sa deuxième injection, a tweeté que les vaccins étaient « parmi les rares moyens dont nous disposons pour vaincre le virus » et exhorté la population à suivre son exemple. Or, selon le Times of India, dix Etats ont des stocks de trois ou quatre jours seulement, notamment l’Uttar Pradesh, où vivent 200 millions d’habitants, ainsi que le Bihar et le Bengale-Occidental (nord-est).

Notre sélection d’articles sur les vaccins contre le Covid-19

Le Monde avec AFP

via LeMonde

Total
2
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Election présidentielle au Tchad : une « répression implacable » de l’opposition, selon HRW

Next Post

Affaire Ousmane Sonko – Adji Sarr : Le procès aura lieu !

Related Posts