Israël dévoile un manuscrit biblique vieux de deux mille ans

C’est l’une des découvertes archéologiques les plus importantes depuis celle des manuscrits de la mer Morte. Israël a dévoilé, mardi 16 mars, des fragments d’un parchemin biblique vieux de deux mille ans mis au jour dans le désert de Judée, dans le sud du pays. « Pour la première fois depuis soixante ans environ, des fouilles archéologiques ont révélé des morceaux d’un parchemin biblique », a annoncé l’Autorité israélienne des antiquités (AIA) dans un communiqué.

Les morceaux du manuscrit, rédigé en grec, ont permis, selon les chercheurs israéliens, de reconstituer des passages des livres de Zacharie et de Nahum, issus du livre des douze petits prophètes de la Bible. Ils ont été retrouvés lors de fouilles dans une caverne à flanc de falaise dans la réserve naturelle de Nahal Hever, dans le cadre d’une opération nationale qui vise à lutter contre le pillage du patrimoine. Pour mener à bien cette opération qui s’est étendue jusqu’à la partie du désert de Judée située en Cisjordanie, territoire occupé par Israël depuis 1967, l’AIA a mis à disposition des archéologues des drones et du matériel de montagne, notamment des cordes pour descendre en rappel.

Pièces rares

Outre les morceaux de parchemins, l’opération a mis au jour des pièces rares remontant à la révolte juive de Bar Kokhba contre les Romains (132-136 après J.-C.), mais aussi un squelette d’enfant momifié vieux de six mille ans et drapé dans un tissu, ainsi qu’un panier datant de dix mille cinq cents ans, probablement le plus vieux du monde, estime l’AIA. Pour Israel Hasson, le directeur de l’Autorité israélienne des antiquités, qui expose ces objets dans son laboratoire situé dans le Musée d’Israël, à Jérusalem, cette initiative lancée en 2017 a pour objectif de « sauver ces biens patrimoniaux rares et importants des griffes des voleurs ».

Depuis la découverte des manuscrits de la mer Morte il y a plus de soixante-dix ans dans les grottes de Qumrân, les cavités rocheuses du désert de Judée sont devenues la cible des pilleurs d’antiquités. Ces neuf cents manuscrits sont considérés comme l’une des plus importantes découvertes archéologiques de tous les temps, car ils comprennent des textes religieux en hébreu, en araméen et en grec, ainsi que la plus ancienne version de l’Ancien Testament connue.

Le Monde avec AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

#LuBess