« Je ne m’attendais pas à ce que l’eau monte aussi vite » : après les incendies, l’Australie sous l’eau

A Wisemans Ferry (Australie), au nord-ouest de Sydney, le 25 mars 2021.

De la propriété familiale, il ne reste qu’une boîte aux lettres qui se tient, de travers, à l’entrée de ce qui fut un jardin. Derrière, l’eau a tout avalé. Les arbres, la cabane à outils, puis la maison. « Je ne m’attendais pas à ce que l’eau monte aussi vite. Il a suffi d’une après-midi. Puis hier soir, notre toit a disparu », raconte le fils du propriétaire, Rourke Murphy, assis sur une chaise en plastique, les yeux perdus dans l’étendue boueuse. Mercredi 24 mars, pour la première fois depuis plus d’une semaine, la pluie a cessé de tomber sur Londonderry, ce quartier de la grande banlieue de Sydney situé à 65 kilomètres du centre d’affaire de la capitale de Nouvelles-Galles du Sud, mais l’alerte inondation n’a pas été levée. La veille, les autorités avaient émis des avertissements pour 10 millions de personnes, soit 40 % de la population australienne.

Le garçon de 17 ans ne se souvient plus quand la crique voisine a commencé à déborder sur les propriétés environnantes. « Dimanche », tente-t-il. Ce dont il se rappelle, c’est de la course pour sauver l’essentiel. Une petite poignée d’heures durant lesquelles il a dû se résoudre à abandonner tout le reste. « Nous avons mis l’électroménager, l’électronique et quelques souvenirs dans ce camping-car prêté par des amis », résume son père, John, avant de grimper dans un canoë pour aller prêter main-forte à sa voisine.

Lire aussi Inondations massives dans le sud-est de l’Australie, où trois mois de pluie sont parfois tombés en quelques heures

Leanne Dalrymple, propriétaire d’un petit centre équestre, tente de récupérer quelques objets flottant autour de sa maison. « Je ne ressens plus rien. L’étendue des dégâts est telle que je suis comme anesthésiée, incapable de réfléchir ou d’envisager l’avenir », souffle cette mère de deux enfants, qui n’a pas de couverture inondation, trop chère. Près de 17 000 personnes ont déjà déposé des déclarations de sinistre auprès de leur assureur.

Un an de précipitations en une semaine

Pendant sept jours, c’est un véritable déluge qui s’est abattu sur la plupart des régions de Nouvelles-Galles du Sud, l’Etat le plus touché. Certaines zones ont reçu en une semaine l’équivalent d’un an de précipitations. Un peu partout, les rivières sont sorties de leur lit, des étangs se sont transformés en lac et des plaines en marais. Deux personnes sont mortes, des dizaines de milliers d’autres ont dû être évacuées, parfois hélitreuillées par les services d’urgence, laissant derrière elles leurs habitations, leurs commerces et leurs quartiers sous les eaux. Une catastrophe d’une ampleur inédite depuis un siècle.

Il vous reste 55.71% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Sadio Mané pose avec Dioufy : Colère rouge des ultras de Liverpool

Next Post

Les Vingt-Sept durcissent le contrôle des exportations de vaccins hors UE

Related Posts