La chanteuse féministe Manizha, représentante controversée de la Russie à l’Eurovision

La chanteuse Manizha, représentante de la Russie à l’Eurovision 2021, à Moscou, le 16 mars.

LETTRE DE MOSCOU

Reconnaissons que, pour les âmes sensibles, la différence est un peu dure à avaler. En 2019, dernière année où le concours a pu se tenir, la Russie était représentée à l’Eurovision par Sergueï Lazarev – un timbre de voix agréable, mais rien qui ne dénote des canons assez ternes et sirupeux de l’événement.

Après la pause due au coronavirus, voilà que débarque Manizha. Un cauchemar pour tout ce que le pays compte d’esprits traditionalistes : femme, rappeuse, immigrée, féministe. Ajoutez à cela que la Russie fait partie de ces pays mystérieux où l’Eurovision provoque une excitation proche de celle d’une finale de Coupe du monde et vous aurez une idée de l’émotion provoquée par cette énumération.

Commentaires xénophobes

Son numéro, la jeune femme de 29 ans le commence en habit traditionnel tadjik, le pays où elle est née et dont ses parents ont été chassés par la guerre civile du début des années 1990. Manizha Sangin, de son nom complet, avait déjà évoqué dans ses chansons sa double identité, se moquant des préjugés sur les Slaves autant que sur les Tadjiks, qui sont souvent tout en bas de l’échelle sociale en Russie.

Il n’en fallait pas plus pour déclencher une vague de commentaires xénophobes parfaitement décomplexés sur les réseaux sociaux et dans les cercles ultranationalistes. Le quotidien Komsomolskaïa Pravda a été jusqu’à publier la tribune d’un commentateur d’extrême droite connu prétendant que la chanteuse n’avait pas le droit de représenter la Russie puisqu’elle n’y était pas née. Plusieurs responsables politiques ont appuyé cette théorie.

Sur scène, Manizha Sangin apparaît ensuite dans une combinaison rouge sur laquelle est inscrit « Russian Woman », le titre de sa chanson et… le cœur du problème. Car l’artiste ne se dit pas féministe pour amuser la galerie – et d’ailleurs, le concept lui-même a une connotation volontiers négative, associé aux déviances multiples venues d’Occident.

Elle est engagée de longue date contre les violences domestiques, un sujet qui est loin d’aller de soi en Russie. La chanteuse soutient aussi ouvertement, depuis longtemps, les droits des homosexuels.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « L’homophobie est profondément ancrée dans la société russe »

« Délires » et image « dégradante »

Surtout, elle a fait de sa chanson un manifeste. Extrait, en russe : « Tu as déjà 30 ans, allô, où sont les enfants ? Dans l’ensemble t’es pas mal, mais faudrait peut-être maigrir… Habille-toi plus long, habille-toi plus court. T’as grandi sans père, mais fais ce qu’on te dit. Ecoutez, vous et moi on n’est pas un troupeau. Allez les corbeaux, maintenant barrez-vous. » Le refrain, en anglais, est plus clair encore : « Chaque femme russe doit le savoir… Tu es assez forte pour franchir n’importe quel mur. »

Il vous reste 54.86% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Total
2
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

DÉCÈS DU DOYEN DES JUGES SAMBA SALL: Les Témoignages De Guy Marius

Next Post

Décès de Samba Sall: La Réaction inattendue de Guy Marius Sagna

Related Posts