La Chine réaffirme une stratégie zéro Covid « inébranlable »

Du personnel médical en combinaison de protection pendant l’entraînement de l’équipe de hockey du China Ice Sports College lors de l’Experience Beijing Ice Hockey Domestic Test Activity, à Pékin, le 10 novembre 2021.

Des villes où, en raison d’un seul cas de Covid-19 détecté, tous les feux passent au rouge pour empêcher toute circulation automobile, des trains annulés ou arrêtés en pleine campagne le temps de tester les passagers, les 33 000 visiteurs de Disneyland à Shanghaï retenus et testés en raison d’un cas positif dans le parc, des retours à Pékin conditionnés à un test de moins de quarante-huit heures et de toute façon interdits aux voyageurs venant d’une zone où un cas de Covid-19 a été dépisté dans les deux semaines précédentes… En cet automne 2021, la Chine semble moins que jamais disposée à abandonner sa stratégie zéro Covid.

Pourtant, le nombre de malades est extrêmement faible : actuellement une vingtaine de nouveaux cas par jour, essentiellement importés, sont dénombrés. Avec 109 nouveaux cas, le 3 novembre a constitué le pic de la « vague » actuelle. On compte actuellement 958 hospitalisations dont sept « dans un état grave », selon les autorités. Officiellement, le pays n’a recensé que 98 546 cas de Covid-19 depuis le début de l’épidémie et le nombre de décès ne s’élève qu’à 4 636. Quelque 2,4 milliards de doses de vaccin auraient été administrées et 1,07 milliard de personnes seraient totalement vaccinées ; 65,7 millions de personnes auraient reçu trois doses.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Zéro Covid : pourquoi la plupart des pays partisans de cette stratégie y ont renoncé

Jusqu’à présent, le pays estimait que le danger venait essentiellement de l’étranger. Résultat : le nombre de vols internationaux était déjà réduit de près de 98 % depuis mars 2020 et chaque ville impose des quarantaines dont la durée est variable : deux semaines de stricte quarantaine à l’hôtel suivies d’une semaine libre mais sous contrôle médical à Shanghaï jusqu’à pas moins de cinquante-six jours – vingt-huit jours dans un hôtel réquisitionné plus vingt-huit jours de confinement à domicile – à Shenyang, la capitale du Liaoning, bastion de BMW.

La nouveauté est qu’avec une nouvelle vague apparue à l’été 2021, voyager à l’intérieur même du pays relève à la fois de la roulette – à Chengdu, se trouver à moins de 800 mètres d’une personne positive durant dix minutes suffit pour être envoyé en quarantaine – et du parcours du combattant, avec des tests avant de monter dans les trains mais parfois également à bord. Du séminaire d’entreprise à l’exposition internationale, on ne compte plus les événements reportés ou annulés.

Pas de passe sanitaire

Les responsables de la Foire internationale des importations – qui s’est tenue début novembre à Shanghaï – ont annulé 40 000 badges destinés à des visiteurs venus du nord du pays. Bien sûr, tous les visiteurs, vaccinés ou non, devaient présenter un test avant d’entrer.

Il vous reste 51.2% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess