La Chine renonce à organiser la Coupe d’Asie 2023 de football en raison de la pandémie de Covid-19


Une tente de test de dépistage du coronavirus dans le quartier de Pudong, à Shanghaï, le 13 mai 2022.

La Chine a renoncé à l’organisation de la Coupe d’Asie 2023 de football en raison des « circonstances exceptionnelles provoquées par la pandémie de Covid-19 », a annoncé la Confédération asiatique de football, l’AFC, samedi 14 mai.

Le géant asiatique, aux prises avec sa pire flambée épidémique, a déjà annulé ou reporté l’organisation de multiples compétitions sur son sol, en particulier les Jeux asiatiques prévus en septembre à Hangzhou. La Coupe d’Asie, qui réunit vingt-quatre équipes, devait avoir lieu dans dix villes chinoises en juin et en juillet 2023. L’AFC n’a pas précisé quel serait le nouveau pays organisateur.

Pire flambée

La Chine, qui avait depuis deux ans plutôt maîtrisé sur son sol l’épidémie de Covid-19, est confrontée à un retour en force de l’épidémie. Pour y faire face, elle poursuit sa stratégie zéro Covid, qui se traduit par des confinements et quarantaines dès l’apparition de quelques cas. Les 25 millions d’habitants de Shanghaï (Est) sont ainsi confinés depuis le début d’avril.

Avant la pandémie, le pays était monté en puissance dans le sport depuis les années 2000, organisant un Grand Prix de formule 1 à Shanghaï, les Jeux olympiques d’été 2008 de Pékin, divers championnats du monde ou tournois de tennis. Toutefois, à l’exception des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver 2022, organisés en février et mars dans une bulle sanitaire, la Chine n’a accueilli aucune grande compétition internationale depuis le début de l’épidémie, afin d’éviter toute flambée épidémique.

Les meetings d’athlétisme de la Ligue de diamant prévus à Shanghaï (30 juillet) et Shenzen (6 août), le Grand Prix de formule 1 de Shanghaï ou encore les tournois de tennis masculins et féminins ont ainsi été annulés.

Mesures drastiques

A rebours de bon nombre de pays qui optent pour une « cohabitation » avec le virus et lèvent les restrictions, la Chine continue à suivre une politique zéro Covid. Ces mesures nuisent gravement aux transports et aux chaînes d’approvisionnement et elles ont entraîné la mise à l’arrêt de très nombreuses entreprises.

Ces derniers jours à Shanghaï, le renforcement de la politique d’isolement s’est accompagnée d’une pluie de nouvelles règles : interdiction de recevoir des livraisons pour une semaine et sorties interdites, même pour des rendez-vous médicaux. Les résidences épargnées par le Covid-19 depuis des semaines, qui bénéficiaient d’une certaine liberté, se retrouvent de nouveau soumises aux mesures les plus drastiques pour sept jours. Le nombre de cas de contamination baisse pourtant progressivement, alors que Shanghaï commençait sa septième semaine de confinement, avec 3 717 cas lundi 9 mai, après une pointe à 27 600 cas à la mi-avril. Ce n’est pas assez rapide pour les autorités.

Le Monde avec AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess