La Corée du Nord rejette les appels au dialogue de Washington

Des habitants de Corée du Sud regardent la télévison, où apparaît le visage du leader nord-coréen Kim Jong-un, le 30 septembre 2021, à Séoul.

Les Etats-Unis ont affirmé mercredi 30 septembre n’avoir « aucune intention hostile » envers la Corée du Nord et renouvelé leur appel au dialogue après que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un eut dénoncé comme « une façade » les propositions de discussions des Américains. « Notre politique vise une approche graduelle et pratique pour une diplomatie sérieuse et durable avec la Corée du Nord », a assuré un porte-parole du Département d’Etat américain.

« Les Etats-Unis sont prêts à rencontrer des responsables nord-coréens sans conditions préalables. Nous espérons que la Corée du Nord répondra de façon positive à notre offre », a-t-il ajouté. Ces déclarations interviennent après que Kim Jong-un eut qualifié l’offre répétée de dialogue des Etats-Unis de « façade pour masquer leur fourberie et leurs actes hostiles, et une poursuite de la politique hostile des précédentes administrations », lors d’un discours-fleuve devant l’Assemblée suprême du peuple, le « parlement » nord-coréen.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les nouveaux tirs de missiles nord-coréens suscitent l’inquiétude

« Depuis l’avènement de la nouvelle administration américaine, la menace militaire des Etats-Unis et leur politique hostile à notre encontre n’ont pas changé du tout, elles sont devenues plus trompeuses », a poursuivi M. Kim, selon des propos rapportés par le quotidien officiel Rodong Sinmun. « La crise la plus fondamentale qui met en pièces les principes de base de la paix et de la stabilité internationale est l’abus de pouvoir et la coercition par les Etats-Unis et leurs partisans », a ajouté le dirigeant nord-coréen.

Un missile hypersonique ?

Les pourparlers entre Washington et Pyongyang sont dans l’impasse depuis l’échec du sommet de 2019 à Hanoï entre Kim Jong-un et le président américain de l’époque, Donald Trump. Depuis l’arrivée de Kim Jong-un au pouvoir, les programmes d’armement ont progressé, Pyongyang les justifiant par la nécessité de se protéger contre une éventuelle invasion américaine.

La Corée du Nord n’a procédé à aucun essai nucléaire ou tir de missile balistique intercontinental depuis 2017. Mais elle a affirmé cette semaine avoir testé un missile planeur hypersonique, ce qui, si la véracité de l’information est confirmée, constituerait une avancée technologique majeure.

Lire aussi La Corée du Nord affirme avoir testé un missile hypersonique

Le Conseil de sécurité de l’ONU prévoit de se réunir d’urgence jeudi sur la Corée du Nord, à la demande des Etats-Unis, de la France et du Royaume-Uni, selon des sources diplomatiques. Cette session se tiendra en principe dans la matinée et à huis clos.

Le Monde avec AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess