La famille de Malcolm X demande la réouverture de l’enquête sur son meurtre

Conférence de presse à New York, samedi 20 février, devant un portrait de Malcolm X, de Reggie Wood, membre de la famille de Ray Wood, le policier qui a écrit une lettre accusant les forces de l’ordre de complicité dans le meurtre de l’activiste afro-américain.

Les filles de l’activiste afro-américain Malcolm X ont demandé la réouverture de l’enquête sur son meurtre à la lumière d’un nouveau témoignage mettant en cause la police de New York et le FBI. Contacté dimanche 21 février par l’Agence France-Presse (AFP), un porte-parole du procureur de Manhattan a indiqué que « l’examen » du dossier était « en cours ».

Lors d’un point de presse, a été présentée une lettre écrite par un ancien policier new-yorkais, aujourd’hui décédé, qui accuse les forces de l’ordre – police de New York et FBI – de complicité dans le meurtre.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi James Baldwin, un film impossible sur Malcolm X

Selon son cousin, le policier Ray Wood, qui était noir et opérait sous couverture, affirme s’être rapproché, à la demande de sa hiérarchie, de l’entourage de Malcolm X et avoir piégé deux de ses gardes du corps, arrêtés quelques jours seulement avant l’assassinat.

Le 21 février 1965, El-Hajj Malik El-Shabazz, de son vrai nom, était donc privé de la présence ces deux hommes lorsqu’il s’est présenté pour une allocution dans l’Audubon Ballroom, une salle de spectacle du nord de Manhattan, avant de tomber sous les balles de trois tireurs.

Des aspects secrets du dossier

Plus généralement, l’ancien policier, qui souhaitait que son témoignage ne devienne public qu’après sa mort, soutient que la police de New York (NYPD) et le FBI ont tenu secrets certains aspects du dossier.

En février 2020, après la diffusion d’un documentaire sur Netflix (Who Killed Malcolm X ?), le procureur de Manhattan Cyrus Vance avait demandé à ses équipes un examen du dossier afin de déterminer si l’enquête devait être ou non rouverte.

Lire aussi Malcolm X sera toujours la bouche de ceux qui n’ont pas de voix

Sollicité dimanche par l’AFP, la police de New York a indiqué avoir communiqué aux services du procureur « toutes les archives liées à cette affaire ». Le NYPD « reste prêt à contribuer à cet examen de quelque manière que ce soit ». Contacté par l’AFP, le bureau du FBI à New York n’a pas donné suite.

« Tout élément qui permette de mieux connaître la vérité sur cette terrible tragédie devrait être examiné avec soin », a déclaré Ilyasah Shabazz, l’une des trois filles de Malcolm X présentes lors du point de presse, sur les six qu’il a eues avec son épouse Betty.

Lire aussi A Harlem, sur les traces des droits civiques

Le Monde avec AFP

via LeMonde

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Le débat monte autour des règles budgétaires européennes

Next Post

Pour le tribunal de la paix, 6 402 civils ont été assassinés par l’armée colombienne entre 2002 et 2008

Related Posts