La Russie, ligne de fracture entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen


Les présidents français, Emmanuel Macron, et russe, Vladimir Poutine, lors d’une conférence de presse au Kremlin, à Moscou, lundi 7 février 2022.

Il est rare que l’actualité internationale trouve un tel écho dans un scrutin français. L’invasion de l’Ukraine par la Russie, engagée le 24 février, aura percuté la campagne de la présidentielle et placé la question des relations avec Vladimir Poutine au cœur des débats du second tour. Tandis que la guerre est de retour en Europe, le sujet est devenu une ligne de fracture entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Le conflit a retardé l’entrée en campagne du chef de l’Etat. Avant comme après le déclenchement des hostilités, Emmanuel Macron a cherché, en vain jusqu’à présent, à jouer les médiateurs entre Moscou et Kiev. Son volontarisme a été d’abord plutôt bien perçu par l’opinion publique, avant de montrer ses limites, à mesure que les combats se prolongeaient.

Pour M. Macron, le dialogue avec le Kremlin reste justifié par le souci de trouver une issue à la guerre et de restaurer, à terme, l’ordre de sécurité européen, mis à terre par le conflit ukrainien. Néanmoins, les conversations téléphoniques avec Vladimir Poutine se sont interrompues dans l’entre-deux-tours, en raison, explique l’Elysée, de la découverte des atrocités commises contre des civils dans les localités un temps occupées par l’armée russe dans la région de Kiev, comme Boutcha. « Macron n’a plus trop intérêt à passer son temps au téléphone avec Poutine, alors que les Français ont l’impression que ça ne sert à rien », observe Sébastien Maillard, le directeur de l’Institut Jacques Delors.

« Dans la tradition de la Ve »

Plutôt prise de court par le déclenchement de la guerre, la France est, depuis, en pointe dans la négociation des sanctions à l’encontre de Moscou, puisqu’elle occupe la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne. Sans être en reste, Paris se veut plus discret que Washington et Londres en matière de livraison d’armements à Kiev, tandis que le conflit risque désormais d’embraser le Donbass, dans l’est de l’Ukraine. Enfin, si M. Macron rechigne, à la différence de son homologue américain, Joe Biden, à parler d’un « génocide » commis par les Russes, au grand dam du président ukrainien, Volodymyr Zelensky, il dénonce sans hésiter les « crimes de guerre ». Paris a même envoyé une équipe d’experts, afin de soutenir les enquêtes sur ce sujet.

« Le président de la République s’inscrit dans la tradition de la Ve République : valorisation, que l’on peut juger excessive, du dialogue avec les Russes, mais sans concession sur le fond, analyse l’ancien ambassadeur Michel Duclos. Ce serait la grande différence avec Marine Le Pen : elle se prétend dans la ligne de la Ve, mais s’empresserait d’affaiblir l’OTAN, arrêterait l’aide à l’Ukraine et lutterait contre les sanctions. »

Il vous reste 64.32% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess