La « souveraineté européenne » promue par les dirigeants de l’UE est mal comprise par les Européens

Dans le quartier des sièges des institutions de l’Union européenne, le 23 février à Bruxelles.

La crise du Covid-19 a renforcé sa visibilité mais cela fait quelques années que le concept de « souveraineté européenne » a émergé. Si François Hollande s’y référait déjà lors d’un discours devant le Parlement de Strasbourg, le 7 octobre 2015, Emmanuel Macron l’a largement popularisé, en en faisant le fer de lance de sa politique européenne.

Le 26 septembre 2017, quand il a présenté, à la Sorbonne, son projet pour refonder l’Europe, le président de la République a, à dix-huit reprises, prononcé le mot « souveraineté ». Et, depuis, il est rare qu’il parle de la construction communautaire sans l’évoquer. Quant à la chancelière allemande Angela Merkel, même si son camp reste largement hostile à cette thématique, elle a, ces derniers mois, donné quelques signes d’évolution. Et partout en Europe, y compris dans des pays à la tradition libérale bien établie comme les Pays-Bas ou la Suède, la « souveraineté » – industrielle, sanitaire, dans la défense, commerciale, etc. – s’impose dans le débat politique.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Innovation, souveraineté… L’Union européenne souhaite plus de synergies entre les industries civile, spatiale et militaire

Dans ce contexte, deux fondations, Jean-Jaurès à Paris et Friedrich-Ebert à Berlin, ont souhaité mieux comprendre ce qu’entendent les citoyens lorsque les responsables politiques leur parlent de « souveraineté européenne », et comment, d’un pays à l’autre, ils en accueillent la perspective. Mardi 2 mars, elles devaient publier les résultats d’un sondage particulièrement éclairant sur le sujet, réalisé par Ipsos auprès de 8 000 citoyens répartis dans huit pays (France, Allemagne, Italie, Espagne, Pologne, Lettonie, Roumanie, Suède), qui rassemblent 75 % de la population de l’Union européenne (UE).

« Problème de réception »

Premier enseignement de cette enquête, le terme reste opaque pour bon nombre de citoyens. Quelque 29 % des sondés disent ne pas bien appréhender ce qu’est la « souveraineté nationale ». Ce pourcentage monte à 37 % quand on parle de « souveraineté européenne », et c’est en France et en Italie que l’expression suscite le plus d’incompréhension.

Sans doute parce que, contrairement à ce que l’on constate dans les six autres pays étudiés, une majorité des sondés y considèrent « qu’il est contradictoire d’employer les deux mots “souveraineté” et “Europe” ensemble », notent les sondeurs. L’institut Ipsos a également testé la notion d’« autonomie stratégique », chère à Emmanuel Macron, dont il s’avère qu’elle est encore moins lisible que les autres…

Il vous reste 65.08% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Malgré les pressions, Emmanuel Macron refuse toujours de rapatrier les femmes djihadistes et leurs enfants détenus par les Kurdes en Syrie

Next Post

Quatre mois après sa défaite, les républicains prisonniers de Donald Trump

Related Posts