L’Afrique du Sud va interdire l’élevage de lions en captivité pour la chasse

Une lionne dans la réserve de Dinokeng, au nord de Pretoria, en août 2020.

L’Afrique du Sud a annoncé dimanche 2 mai son intention d’interdire l’élevage de lions en captivité, que ce soit à des fins de chasse ou pour permettre aux touristes de caresser des lionceaux, afin de promouvoir une image plus « authentique » du pays.

Cette décision a été prise conformément aux recommandations d’une commission chargée par le gouvernement de se pencher sur les règles gouvernant et encadrant la chasse, le commerce et la captivité des lions, éléphants, rhinocéros et léopards.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Derrière Cecil le lion, l’épineuse question de la chasse au trophée

La commission dit que « nous devons cesser et faire marche arrière sur la domestication et l’élevage en captivité des lions », a indiqué la ministre sud-africaine de l’environnement Barbara Creecy lors d’une conférence de presse.

« Nous ne voulons plus d’élevage en captivité, de chasse [d’animaux élevés] en captivité, de câlinerie [de lionceaux] en captivité, d’utilisation de lions en captivité », a poursuivi la ministre, précisant que la commission demandait que la mesure soit « prise immédiatement pour faire cesser les interactions entre les touristes et les lions en captivité ».

La chasse légale et encadrée continue

La décision, qui doit encore être traduite par une loi, va probablement susciter l’opposition du très lucratif secteur de l’élevage des lions en captivité.

Mais le secteur de la chasse n’est pas visé par cette décision. « La chasse légale et encadrée d’espèces emblématiques permise par le cadre réglementaire continuera d’être autorisée », a-t-elle souligné. La chasse de lions élevés en captivité est depuis longtemps un sujet controversé en Afrique du Sud.

Lire aussi Le guépard « court tout droit » vers son extinction

Des campagnes pour interdire l’importation des trophées de lions élevés en captivité ont recueilli ces dernières années un soutien croissant aux Etats-Unis, en Australie et dans plusieurs pays d’Europe.

« L’intention ici est de nous assurer » que les touristes intéressés par « la chasse authentique aux animaux sauvages » ne vont « pas chasser des animaux qui ont été sortis d’une cage », a-t-elle expliqué.

Le Monde avec AFP

via LeMonde

Total
2
Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Previous Post

Séoul embarrassé par l’envoi vers la Corée du Nord de tracts hostiles au régime de Pyongyang

Next Post

Algérie : le président Tebboune appelle au « dialogue » avec les partenaires sociaux

Related Posts