L’Algérie sous le choc après le lynchage d’un jeune volontaire venu combattre les incendies en Kabylie

Des feux ravagent la forêt près du village d’Aït Daoud, dans le nord de l’Algérie, le 13 août 2021.

C’est un drame dans le drame. L’Algérie est toujours sous le choc, une semaine après le lynchage de Djamel Bensmaïl, un jeune volontaire qui s’était rendu à Larbaâ Nath Irathen, dans la wilaya (province) de Tizi-Ouzou, pour aider à lutter contre les incendies qui ont ravagé les montagnes kabyles. Mardi 17 août, la police algérienne a annoncé l’arrestation de 25 nouveaux suspects, après un premier coup de filet qui avait permis l’interpellation de 36 personnes, dont trois femmes, soupçonnées d’avoir participé au meurtre du trentenaire.

Djamel Bensmaïl, artiste peintre de profession, avait quitté Miliana, sa ville d’origine située à près de trois heures de route à l’ouest de Tizi-Ouzou, pour apporter son aide aux habitants de Kabylie, une région qu’il connaissait et appréciait, ont rapporté ses proches. Mais à Larbaâ Nath Irathen, ville martyre des incendies, le bénévole a été accusé de pyromanie, lynché, son corps brûlé et mutilé par une foule en furie. L’événement, qui a eu lieu mercredi 11 août en fin de journée, a été filmé et diffusé en direct sur les réseaux sociaux.

Lire aussi En Algérie, les incendies qui ont ravagé la Kabylie sont éteints

Sur les nombreuses images publiées en ligne, on distingue un fourgon de police suivi par des dizaines de personnes en colère, puis le frêle jeune homme, torse nu, poussé hors du véhicule assailli dans la cour du commissariat. Les policiers semblent impuissants, laissant la victime au centre d’une foule qui le roue de coups avant que son corps ne soit traîné sur plusieurs mètres, brûlé sur une place du centre-ville et décapité. Son cadavre, laissé ainsi plusieurs heures, est photographié par des personnes qui postent des selfies sur Facebook.

« Je vais mourir injustement »

Dans le pays, l’émotion est immense. La population, bouleversée par des incendies qui ont fait au moins 90 morts (dont 33 militaires), suit avec effroi les événements. Vendredi soir, une nouvelle vidéo montre Djamel Bensmaïl à l’intérieur du fourgon de police, implorant ses bourreaux de lui laisser le temps de s’expliquer. « Je vais mourir injustement. Vous allez le regretter. Les Kabyles sont des hommes, ils n’agissent pas comme ça », lâche la victime, le visage en sang et boursouflé. Un homme le fouille, le pousse et lui confisque son téléphone, tandis que des torrents d’insultes pleuvent sur lui.

Les nombreuses images du lynchage ont permis à l’enquête d’avancer rapidement. La victime s’était « rendue à la police d’elle-même » après avoir entendu qu’on la soupçonnait d’avoir mis le feu à la forêt, a affirmé le directeur de la police judiciaire, Mohamed Chakour, lors d’une conférence de presse dimanche. Parmi les 36 premiers suspects interpellés, l’homme « qui a poignardé la victime » a été arrêté tandis qu’il « tentait de fuir au Maroc », a ajouté M. Chakour, soulignant que l’enquête était toujours en cours.

Il vous reste 54.14% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess