« L’Allemagne à l’heure des élections » : Arte met en scène le dernier tapis rouge de Merkel

La chancelière allemande Angela Merkel quitte la salle plénière lors d’une session au Bundestag, la chambre basse du parlement allemand, à Berlin, le 7 septembre 2021.

ARTE – MARDI 14 SEPTEMBRE À 22 H 50 – DÉBAT ET SOIRÉE SPÉCIALE

Si une chaîne devait être au rendez-vous des élections législatives allemandes du 26 septembre, ce devait être Arte. Et c’est le cas : sur son site, la chaîne franco-allemande propose un choix de contenus de qualité, certains directement liés à la campagne et à ses enjeux, d’autres consacrés à l’état dans lequel Angela Merkel laisse le pays, après seize années au pouvoir.

Arte a fait simple et efficace. Trois modules de cinq à six minutes chacun comparent les programmes des différents partis sur la fiscalité, le climat et l’Europe. Trois portraits de candidats à la chancellerie sont présentés, chacun en trois minutes : Annalena Baerbock (Verts), Armin Laschet (CDU-CSU) et Olaf Scholz (SPD).

Sous l’onglet « Portraits d’électeurs », Arte.tv est également allée à la rencontre de citoyens dont le parcours met en lumière quelques-uns des défis auxquels est confrontée la société allemande d’aujourd’hui : la pauvreté, qui n’a pas reculé malgré la forte croissance économique des « années Merkel » ; l’intégration, dans un pays qui ne compte que 58 députés d’origine étrangère (sur 709), alors qu’un habitant sur quatre n’est pas né avec la nationalité allemande ; le développement durable, illustré ici à travers l’exemple d’un éleveur de porcs dont le parcours représente la crise d’un modèle agricole ultra-productiviste de plus en plus remis en question.

Seize ans au pouvoir

Le sujet consacré aux « adieux » d’Angela Merkel à l’Europe, et le débat de ce soir, « La Fin d’une ère : Angela Merkel, vue de l’Europe », sont éclairants. Traité de Lisbonne, crise financière de 2008, crise grecque, terrorisme, crise des migrants, Brexit, Covid-19… De tous les dirigeants européens actuels, la chancelière allemande est la seule à avoir traversé tous ces événements majeurs qui ont mis à l’épreuve l’unité du continent.

« Dès qu’elle marche sur le tapis rouge, c’est le moment où toutes les caméras convergent vers un seul point, parce qu’on sait exactement où elle va s’arrêter et que l’on sait à quel point ce qu’elle va dire est important pour donner le ton de ce qui va être discuté au sommet européen qui va suivre », raconte Isabelle Brusselmans, chef du service audiovisuel du Conseil européen. Un témoignage qui permet de comprendre pourquoi le résultat des prochaines élections allemandes est si attendu, tant il sera déterminant pour l’avenir des Vingt-Sept.

Reste à savoir quel rôle jouera le pays après le départ de celle qui l’a incarné pendant seize ans. Le numéro du « Dessous des cartes », sous le titre « Allemagne : une puissance nommée Merkel ? », explique avec la clarté pédagogique qui caractérise ce programme les raisons pour lesquelles la « puissance » allemande est à un tournant de son histoire.

Sur le plan intérieur, la montée d’une extrême droite, qui a surtout pris racine dans les anciens Länder communistes, met en lumière les inégalités non résorbées entre l’Est et l’Ouest trente ans après la réunification. Au niveau international, la remise en cause d’un ordre mondial contraint l’Allemagne à redéfinir ses relations avec son allié américain, qui s’éloigne, son voisin russe, qui se fait plus menaçant, et son partenaire chinois, dont Berlin commence à comprendre qu’il n’est pas seulement un eldorado commercial mais le défi géopolitique majeur de ce début du XXIe siècle.

La Fin d’une ère : Angela Merkel, vue de l’Europe, soirée spéciale. Arte

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Pour les citoyens européens, Angela Merkel est la dirigeante qui inspire le plus confiance

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess