Le bilan insuffisant d’Angela Merkel concernant la transition écologique de l’Allemagne

Angela Merkel l’a répété tout au long de ses mandats : le changement climatique menace l’avenir de l’humanité. La dirigeante de l’Allemagne a même hérité d’un surnom : Klima-Kanzlerin, « la chancelière du climat ». Pourtant, le bilan de ses mesures écologiques est loin d’être exemplaire.

Durant ses seize années au pouvoir, elle a largement développé les énergies renouvelables, qui représentent désormais la moitié de la production d’électricité du pays. Dans le même temps, elle a décidé de débarrasser ce dernier du nucléaire d’ici à 2022 et d’y fermer les centrales à charbon d’ici à 2038. Mais, au bout du compte, cette transition énergétique est aujourd’hui loin de suffire : l’Allemagne reste le premier émetteur de CO2 en Europe. Pour atteindre la neutralité carbone, Angela Merkel laisse à ses successeurs une liste imposante d’efforts supplémentaires à fournir.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « L’Allemagne est en train de perdre son pari énergétique »

Sources :

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.

Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.

S’abonner

Contribuer

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess