« Le chaos migratoire orchestré par la Biélorussie et la Russie n’a pas déstabilisé l’Europe »

Tribune. Allumer des feux aux frontières de l’Europe est une tactique russe éprouvée. Les principaux incendies ont été la guerre en Géorgie en 2008, l’annexion de la Crimée et l’intervention au Donbass pour déstabiliser l’Ukraine en 2014, et la participation militaire aux offensives de Bachar Al-Assad pour écraser les populations civiles en Syrie et les pousser à fuir vers l’Europe. La dramatique crise de 2015-2016 a convaincu le Kremlin que la menace des migrations venant du Moyen-Orient lui fournissait une arme de choix, particulièrement dans une Europe sous le choc d’attaques terroristes, comme la France le 13 novembre 2015.

Depuis septembre 2021, le Kremlin soutient l’opération spéciale « migrants » déclenchée par Alexandre Loukachenko. Le dictateur biélorusse orchestre l’arrivée à Minsk de milliers de Syriens, de Kurdes d’Irak, de Yéménites, pour les pousser ensuite vers la frontière de l’Union européenne, en Lituanie et en Pologne. L’instrumentalisation de personnes fuyant l’insécurité, pour en faire le combustible d’un foyer d’insécurité en Europe, est d’une perversité inouïe. Le but est de diviser les Européens et de les engager à discuter avec Minsk.

Loukachenko, bouclier et fer de lance de Poutine

Le régime russe tient à bout de bras Alexandre Loukachenko dans ses entreprises criminelles : manipulation électorale, répression avec usage de la torture, assassinats, détournement, en mai 2021, d’un avion Ryanair assurant la liaison Athènes-Vilnius pour capturer un dissident biélorusse en exil.

Alexandre Loukachenko est un homme obsédé par sa survie personnelle. Il a été rejeté par les électeurs biélorusses et n’est plus président. Il fait usage du monopole de la violence illégitime et capture les ressources du pays. Sans le soutien de la Russie, il aurait dû fuir Minsk et l’ire populaire à la fin de l’été 2020. Tout comme, en 2012, Assad n’aurait pas pu se maintenir à Damas sans le soutien indéfectible de Moscou. Loukachenko est l’agent provocateur du Kremlin, aussi délicat à manier qu’un baril de poudre. Un homme acculé, prêt à toutes les extrémités. Et pourtant, Vladimir Poutine a choisi d’utiliser Loukachenko tant que ce dernier s’accroche au pouvoir. Ils se tiennent l’un l’autre.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Loukachenko et Poutine avancent vers « l’intégration » de leurs deux pays

Le chef russe défend son camarade biélorusse, car il craint la chute du « dernier dictateur d’Europe », qui lui sert à la fois de bouclier et de fer de lance. Le pouvoir poutinien se trouve dans une situation difficile en Russie même ; il fait face à une crise économique et sociale durable, à des accusations de corruption et à la montée du mécontentement populaire. Il a recours à la force – répression brutale, saisie de biens, interventions armées – car il manque de moyens non violents d’influence et de puissance. Même le chantage au pétrole et au gaz ne fonctionne pas, car la Russie a grand besoin de vendre ses hydrocarbures à son principal acheteur, l’Europe. Le 13 novembre, Vladimir Poutine a personnellement démenti les propos d’Alexandre Loukachenko qui menaçait de bloquer le transit du gaz russe par la Biélorussie contre de nouvelles sanctions européennes. Celles-ci ont été votées le 15 novembre.

Il vous reste 52.76% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess