Le destin brisé de Michael Sam, un espoir du football américain victime de son coming out

Michael Sam, à Saint-Louis, Missouri, lors d’un match de présaison avec les St. Louis Rams, le 8 août 2014.

Autour de la table, les convives partagent des éclats de rire et une tourte aux pêches cuite à la mode du sud des Etats-Unis. Ce samedi 8 février 2014, chez lui, à Los Angeles, le légendaire attaché de presse Howard Bragman a réuni quelques amis, la plupart joueurs de football américain de haut niveau à la retraite : le vétéran David Kopay (71 ans), qui joua notamment chez les Green Bay Packers dans les années 1960 ; Chris Kluwe, des Minnesota Vikings ; Wade Davis, ancien des Seattle Seahawks et des Washington Redskins ; et Brendon Ayanbadejo, ancien des Ravens de Baltimore.

En plus de quelques autres invités, un quasi-inconnu : Michael Sam, 24 ans, 1,88 mètre, 118 kilos, défenseur de l’université du Missouri à Columbia et récemment élu par l’Associated Press ­meilleur défenseur universitaire dans la Conférence du Sud-Est (Southeastern Con­ference) – l’élite au niveau universitaire.

Le programme de la soirée ravit l’assemblée : un passage dans un karaoké où le jeune défenseur a prévu de chanter My Girl, des Temptations, puis direction The Abbey, le légendaire bar gay de West Hollywood. Le début du repas a donné le ton. Entre deux plats commandés au restaurant chinois du coin, David Kopay s’amuse à envoyer quelques coups de poing dans le bras de Michael Sam. « Il va falloir que tu joues, lui répète-t-il entre chaque choc, pas seulement pour toi, mais aussi pour tous les autres ! »

Une annonce historique

Howard Bragman profite de l’agitation pour porter un toast à David Kopay, qu’il désigne comme un « pionnier pour les droits LGBTQ + dans le football américain ». Le ­deuxième hommage de la soirée concerne Michael Sam, le « vrai héros » du moment. Dans moins de vingt-quatre heures, un article va sortir dans le New York Times et une interview sera accordée sur la chaîne sportive ESPN. Face caméra, le jeune dé­fenseur y déclarera : « Je suis Michael Sam, je suis un joueur de football et je suis gay. »

Il est le premier à faire cette courageuse déclaration. Un coming out historique, avant même de signer comme joueur professionnel dans l’une des 32 franchises de la NFL, la National Football League. Parmi les convives ce samedi-là, toutes les anciennes pointures du football américain présentes ont œuvré pour les droits LGBTQ + dans leur discipline et dans le sport en général. Ces joueurs ont révélé leur orientation sexuelle au grand public, mais seulement une fois leur carrière terminée. « Beaucoup de joueurs ne veulent pas perdre l’aura, les cadeaux et les opportunités que ­procure le fait d’être un joueur de football américain, même retraité, raconte Wade Davis, présent au fameux dîner, et le risque est beaucoup plus grand si vous êtes publiquement gay. »

Il vous reste 85.06% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

#LuBess