Le jour de sa condamnation, Nicolas Sarkozy invité du Parti populaire espagnol et présenté comme un « exemple »

Niveau timing on pouvait difficilement faire pire. A la convention nationale du Parti populaire espagnol (PP, droite), – une succession de conférences itinérantes visant à réarmer idéologiquement la droite et marquer le cap à suivre pour remporter les législatives de 2023 –, l’invité d’honneur, mercredi 29 septembre, n’était autre que Nicolas Sarkozy. « Ce que nous voulons, c’est nous inspirer des exemples de bonne gestion, toujours basés sur des principes et des valeurs partagés », déclarait le jeune leader du PP, Pablo Casado, 40 ans, en présentant l’ex-président français venu à Madrid donner une conférence sur « la société ouverte et ses ennemis ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Bygmalion : derrière le « tous coupables » du tribunal correctionnel, un constat impitoyable sur les dérives de la campagne Sarkozy de 2012

Le lendemain, alors que la nouvelle condamnation de M. Sarkozy faisait les gros titres des journaux télévisés et des sites d’information espagnols, les commentaires ironiques ont inondé les réseaux sociaux. Et tous les partis politiques, de la gauche radicale Podemos à l’extrême droite Vox, s’en sont eux aussi donné à cœur joie. « Sarkozy et Casado se sont connus il y a onze ans, quand leurs deux partis se finançaient illégalement », a ironisé le député socialiste Ignacio Lopez Cano sur Twitter, faisant référence à la condamnation du PP, en 2018, pour avoir bénéficié d’un réseau de corruption. Pour le porte-parole du parti libéral Ciudadanos, Edmundo Bal, le choix d’inviter Nicolas Sarkozy « n’a pas été très judicieux ».

Lire aussi Affaire Bygmalion : le droit « a été bafoué » selon Nicolas Sarkozy, condamné à un an de prison ferme

Lorsque l’ancien chef d’Etat avait été annoncé, de nombreux analystes s’étaient montrés surpris par l’invitation « risquée » d’un homme politique « condamné pour corruption et trafic d’influence en mars » et politiquement « périmé », qui « représente tout ce que le PP devrait éviter ». Dans les couloirs du Parti populaire espagnol, alors, on s’excusait presque, en assurant que lorsqu’il avait été invité, sa première condamnation n’avait pas encore été prononcée… Jeudi, l’erreur ne faisait plus de doute.

Quant à Nicolas Sarkozy, son intention était de passer quelques jours en Espagne, avant d’accompagner Carla Bruni à un concert à Séville, le 7 octobre…

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess