Le Moyen-Orient, terre d’élection pour les marchands d’armes

Pièces du système russe de défense antiaérienne S-400 sur la base turque de Murted, au nord-ouest d’Ankara, le 27 août 2019.

Les ventes d’armes de la France, troisième exportateur mondial, ont progressé de 44 % pour la période 2016-2020 en comparaison avec les cinq années précédentes, révèle un rapport de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri), publié lundi 15 mars. Une croissance d’autant plus notable que le marché de l’armement a reculé de 0,5 % sur la même période, expliquent les chercheurs.

Les Etats-Unis, leaders du marché mondial – dont ils accaparent 37 % –, ont encore augmenté leurs ventes de 15 % depuis 2016. La Russie, deuxième exportateur du globe avec 20 %, a, en revanche, vu les siennes baisser de 22 %, tandis que celles de la Chine (cinquième au classement) ont régressé de 7,8 %. L’Allemagne (5,5 %, quatrième au classement) a, elle, enregistré une hausse de 21 %.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La France devient le troisième exportateur mondial d’armement

L’Inde, l’Egypte et le Qatar sont les trois principaux clients de l’industrie française, qui capte désormais 8,2 % de la vente d’armements sur la planète, avec essentiellement des équipements aéronautiques (45 % du total des exportations). C’est, au niveau régional, le Moyen-Orient (48 %) et l’Asie-Océanie (36 %) qui absorbent l’essentiel des ventes hexagonales.

L’Inde a réduit d’un tiers ses acquisitions d’armements en l’espace de cinq ans, mais elle a ciblé ses achats sur des avions de combat et des missiles, ce qui a largement bénéficié à la France. Ainsi, avec une augmentation du volume de ses ventes en Inde de près de 700 %, elle a détrôné les Etats-Unis, jusque-là deuxième fournisseur du pays, derrière la Russie.

Pressions de l’administration Trump

L’Egypte, désormais troisième importateur mondial (+ 136 % sur cinq ans), a, elle aussi, multiplié les acquisitions françaises, avec 21 avions de combat, quatre frégates et deux navires amphibies d’assaut. De quoi permettre à l’industrie tricolore d’y accroître ses parts de marché (28 %). Au Qatar, devenu le huitième importateur international (+ 361 %), sa part est de 38 %, grâce, surtout, à la vente de 24 Rafale pour un montant de 6,3 milliards d’euros. La France en est le deuxième fournisseur, derrière les Etats-Unis.

Dans le Golfe, l’Arabie saoudite a poursuivi sa politique d’achats massive (+ 61 %) et consolide sa place de premier importateur mondial (11 % du total)

La zone troublée du Moyen-Orient reste une terre d’élection pour les marchands d’armes, avec un volume qui a encore crû d’un quart entre 2016 et 2020. Dans le Golfe, l’Arabie saoudite a poursuivi sa politique d’achats massive (+ 61 %) et consolide sa place de premier importateur mondial (11 % du total).

Il vous reste 51.02% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

#LuBess