Le navire humanitaire « Sea-Watch 3 » immobilisé par les gardes-côtes italiens

Des membres de Sea-Watch remettent à des migrants des gilets de sauvetage lors d’une opération de secours en Méditerranée, le 26 février 2021.

Un navire de sauvetage allemand a été immobilisé par les gardes-côtes italiens, a fait savoir lundi 22 mars l’ONG humanitaire Sea-Watch qui le gère. Le navire Sea-Watch 3 est bloqué dans le port sicilien d’Augusta, où il a accosté, avec 363 migrants à son bord, le 3 mars. « Ils nous accusent à nouveau d’avoir sauvé trop de personnes (…). Aurions-nous dû laisser 363 êtres humains mourir dans l’indifférence des autorités, qui continuent à ne proposer aucune alternative à notre présence en mer ? », a tweeté lundi Sea-Watch.

Le contrôle a été ordonné parce que le navire était en violation des règlements sur la sécurité de la navigation, la prévention des incendies à bord, la protection de l’environnement et la formation de l’équipage, ont fait savoir, pour leur part, les gardes-côtes italiens dans un communiqué.

Dans le même temps l’Ocean Viking, un autre navire humanitaire qui a recueilli 116 migrants la semaine dernière, était bloqué en haute mer au sud de Malte, attendant la permission d’entrer dans un port.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Qui est Carola Rackete, la capitaine du bateau humanitaire « Sea-Watch 3 » ?

Porte d’entrée privilégiée des migrants

Les gardes-côtes italiens immobilisent régulièrement les navires d’ONG humanitaires, une mesure qualifiée par ces dernières d’injustifiée et de politiquement motivée. Les ONG ont également été accusées de connivence avec les trafiquants de migrants libyens pour débarquer en sécurité des candidats à l’immigration sur les côtes européennes, ce qu’elles nient fermement. Les procureurs de Trapani, en Sicile, ont ouvert une enquête sur ces allégations contre Médecins sans frontières (MSF) et Save the Children, et devraient demander un procès à leur encontre.

L’Italie est une porte d’entrée privilégiée pour les migrants à destination de l’Europe, mais la route maritime entre l’Afrique du Nord et la Sicile est l’une des plus meurtrières au monde. Près de 530 000 migrants ont débarqué sur les côtes italiennes depuis le début de 2015, dont quelque 6 000 depuis le début de l’année, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Depuis janvier, 232 migrants sont morts ou portés disparus au cours de leur voyage en mer vers l’Italie ou Malte, contre 983 au cours de l’année 2020, ajoute l’agence onusienne.

Lire aussi Sur l’« Aquarius », don Quichotte de la mer

Le Monde avec AFP

via LeMonde

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Saint-Louis : Mansour FAYE plaide pour la transformation du stade Me Babacar SEYE en centre d’affaires

Next Post

Affaire Sonko-Adji Sarr, Émeutes, relation avec Amadou Sall fils du PR.: DIP crache ses vérités

Related Posts