Le Nigeria célèbre la restitution de deux trésors en bronze de Benin City

A Benin City, au Nigeria, le 13 décembre 2021, lors de la cérémonie célébrant la restitution prochaine de deux bronzes pillés en 1897 par les troupes coloniales britanniques.

Le chef traditionnel de la ville de Benin City, dans le sud du Nigeria, a organisé, lundi 13 décembre, une journée de célébrations pour le retour de deux trésors en bronze dérobés à l’époque coloniale par les Britanniques.

Des danseurs et des musiciens se sont produits dans le palais du roi Uku Akpolokpolor Ewuare II orné de bannières représentant ces objets : un coq en bronze et un buste de roi.

Lire aussi Le golfe de Guinée, mer de tous les dangers et royaume de la piraterie mondiale

« Ce jour marque un tournant dans nos efforts pour retrouver les bronzes, les ivoires et les autres objets d’art qui ont été enlevés de ce palais », a déclaré l’oba, ou roi du Bénin, dont les ancêtres régnaient sur la région lorsqu’elle a été saccagée par les soldats britanniques en 1897.

Les invités royaux et les chefs traditionnels ont assisté à la signature par le roi du document officiel transférant la pleine propriété des œuvres d’art restituées par les universités d’Aberdeen, en Ecosse, et de Cambridge, en Angleterre. « Au moment opportun, les bronzes (…) nous seront livrés ici au palais », a ajouté le roi, sans autres détails.

Des milliers d’œuvres

Des milliers de bronzes du Bénin − des plaques de métal et des sculptures datant du XVIe au XVIIIe siècles − ont été pillés dans le palais de l’ancien royaume du Bénin et se sont retrouvés dans des musées américains et européens.

Lire aussi Variant Omicron : le Nigeria juge « discriminatoire » l’interdiction de voyage décrétée par le Royaume-Uni

L’université de Cambridge a remis le 27 octobre au Nigeria une sculpture de coq en bronze pillée il y a un siècle, devenant ainsi la première institution britannique à restituer un objet volé pendant la colonisation.

La procédure de restitution avait débuté après une campagne d’étudiants contre les symboles rappelant le passé colonial.

Cette fine sculpture faisait partie des centaines de sculptures, gravures et bronzes pillés par les forces britanniques en 1897 au moment de la destruction de Benin City, alors la capitale du royaume du Bénin située dans l’actuel Nigeria.

Dans la foulée, l’université d’Aberdeen, en Ecosse, a restitué au Nigeria un bronze représentant un oba acquis aux enchères en 1957.

Le British Museum de Londres, qui possède la plus grande collection de ces bronzes, s’est jusqu’ici refusé à toute restitution, plaidant pour des « retours » sous la forme de prêts.

En novembre, le Bénin, un pays voisin du Nigeria, a accueilli la restitution de près de 30 trésors royaux pillés par la puissance coloniale française il y a plus de cent trente ans.

Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du Monde Afrique depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du « Monde Afrique ».

Le Monde avec AFP

via LeMonde

Total
16
Shares

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess