« Le processus d’Astana ne fait qu’éterniser le conflit syrien au lieu d’y mettre un terme »

Tribune. Les pourparlers de paix d’Astana, au Kazakhstan, qui visent à trouver une solution pacifique au conflit syrien, sont « prometteurs », déclarait en 2017 l’envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, au Conseil de sécurité, à New York. Mais – doit-on remarquer aujourd’hui – « prometteur » peut aussi signifier « qui promet légèrement, ou sans intention de tenir sa promesse ».

Effectivement, le quinzième round des pourparlers syriens, qui a eu lieu les 16 et 17 février 2021 (cette fois-ci à Sotchi, en Russie, au lieu d’Astana), ne tient toujours pas ses promesses. En dépit des déclarations consensuelles de ses trois parrains, la Russie, l’Iran et la Turquie, le processus d’Astana ne fait qu’éterniser le conflit syrien au lieu d’y mettre un terme.

Ce prolongement du conflit depuis quatre ans a un coût dévastateur : ces quatre dernières années, environ 73 000 personnes de plus sont mortes en Syrie [sur un total de morts se situant, d’après les estimations, entre 300 000 et 500 000 depuis 2011], et parmi elles 34 % de civils et au moins 55 médecins et soignants ; plus de 6 millions de déplacés internes ne sont toujours pas retournés chez eux ; à ces déplacés s’ajoutent plus de 6 millions de réfugiés à l’étranger. Et, pour les Syriens qui ont pu retourner chez eux depuis 2017, plus de la moitié n’ont pas d’accès direct à l’eau ou aux services de santé. Enfin, depuis 2019, ce sont 2,4 millions d’enfants qui ne vont plus à l’école en Syrie.

Lire aussi Guerre en Syrie : que contient l’accord d’Astana ?

Le processus de paix d’Astana n’améliore donc pas le présent de la Syrie. Mais dessine-t-il au moins un avenir ? La réponse est non car les négociations piétinent sur les questions à régler qui fondent le principe même des pourparlers : un consensus autour d’un nouveau texte constitutionnel à faire promulguer, la tenue d’élections libres dans la foulée, des échanges de prisonniers entre le régime syrien et l’opposition.

Ni volonté, ni moyens, ni légitimité

Bien que l’intensité du conflit armé ait baissé depuis l’engagement du processus d’Astana, l’aide que reçoit la Syrie sert avant tout à traiter des situations humanitaires d’urgence et non pas à entamer la reconstruction. Pourtant, il faut remettre en état de marche des infrastructures économiques et de services à la population, pour l’heure en ruines.

Plus le temps passe, et plus cette future « paix syrienne » ressemble à un maintien durable au pouvoir de Bachar Al-Assad, donc à un avenir compromis pour la Syrie

Il vous reste 66.28% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

#LuBess