Le Royaume-Uni signe un accord de défense avec la Suède et la Finlande


La première ministre suédoise Magdalena Andersson et le premier ministre britannique Boris Johnson à Harpsund, le 11 mai 2022.

Alors que la Suède et la Finlande devraient officialiser leur demande d’adhésion à l’OTAN dans les prochains jours, le premier ministre britannique, Boris Johnson, a fait le déplacement à Harpsund – la résidence d’été de la première ministre suédoise, à l’ouest de Stockholm – et Helsinki, mercredi 11 mai, pour y signer un accord de défense et de protection mutuelle avec les deux pays nordiques. Une initiative vue comme une assurance par la Suède et la Finlande, inquiètes des réactions de la Russie, et qui permet à Boris Johnson de rappeler que son pays a un rôle majeur à jouer dans la défense européenne.

« Si l’un ou l’autre des pays est frappé par une catastrophe ou victime d’une attaque, nous serons là et nous nous aiderons, y compris avec une assistance militaire », a assuré le premier ministre britannique à Helsinki. Un peu plus tôt à Stockholm, il avait précisé que l’accord allait permettre de « partager des renseignements, mener encore plus d’exercices militaires conjoints et approfondir nos développements communs de technologie ».

Boris Johnson n’a exclu ni l’envoi de troupes britanniques, ni même l’assistance de la dissuasion nucléaire. « Nous avons pour habitude de ne pas commenter ce sujet [de la dissuasion nucléaire], mais c’est à chacun des deux partenaires de formuler sa demande [d’aide] et nous prenons [cet engagement d’aide] très au sérieux », a-t-il souligné lors de la conférence de presse avec la première ministre suédoise, Magdalena Andersson. Londres a également proposé de déployer du personnel de la Royal Air Force, de la Royal Navy et de l’Armée de terre britannique au nord de l’Europe.

Une période intermédiaire délicate

Le premier ministre britannique Boris Johnson et le président finlandais Sauli Niinisto au palais présidentiel d’Helsinski, le 11 mai 2022.

Cet accord intervient alors même que les deux pays nordiques, membres de l’Union européenne (UE), préparent leur demande d’adhésion à l’OTAN. Mais avant que la Suède et la Finlande puissent intégrer l’Alliance transatlantique, il faudra d’abord que ses trente Etats membres donnent leur feu vert, ce qui pourrait prendre « entre quatre mois et un an », a prévenu le ministre finlandais des affaires étrangères, Pekka Haavisto.

Les deux voisins nordiques se retrouveront alors dans une situation délicate. « Pendant cette période intermédiaire, le pays qui mène une guerre sans merci, une guerre ignoble contre l’Ukraine, sait que nous avons fait notre choix, mais nous ne serons pas couverts par la garantie de sécurité prévue dans l’article 5 du traité de l’OTAN », a expliqué au Monde Tytti Tuppurainen, la ministre finlandaise des affaires européennes, qui souhaite que le processus soit « aussi rapide que possible ».

Il vous reste 49.02% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess