« Le terme “apartheid” permet de penser dans la durée l’asymétrie des relations israélo-palestiniennes »

Des manifestants pro-Palestiniens appellent au boycott d’Israël et à la reconnaissance de l’Etat de Palestine, à Paris, en 2015.

Une tribune récemment publiée dans Le Monde propose de faire une mise au point quant à l’emploi du terme « apartheid » pour « qualifier la politique d’Israël vis-à-vis des Palestiniens ». Cet emploi est dénoncé au prétexte qu’il constituerait un point de vue simpliste, malhonnête, voire dangereux, de la réalité. Les signataires condamnent ainsi ce qui serait une « croisade » contre Israël menée par des organisations (y compris les Nations unies !) et au sein des milieux universitaires. Leur principal argument est simple : la situation en Israël/Palestine serait « extraordinairement complexe » et le sujet, « compliqué et fondamentalement très mal connu », ce qui suffirait à disqualifier d’emblée tout débat ou positionnement public en la matière. Des accusations graves sont portées contre celles et ceux qui, en recourant à ce terme, assouviraient leurs « passions primaires » et participeraient, « sous le couvert de bons sentiments », à rendre « la haine des juifs acceptable et même impérative ».

Ce procédé est tout aussi fallacieux que préoccupant. Plutôt que d’ouvrir le débat et d’inviter à une réflexion qui existe et s’impose déjà ailleurs dans le monde concernant le présent et l’avenir de cette région, les signataires de cette tribune espèrent encore l’empêcher en France, en nourrissant la confusion et en pratiquant l’intimidation. Ils démontrent au passage le peu d’égards qu’ils ont pour le droit international, requalifiant les territoires occupés en « territoires disputés » et les réfugiés palestiniens en « exilés » dont le retour « signerait la fin d’Israël ». Rejeter le socle commun d’un ordre international basé sur le droit n’est pas une opinion anodine et témoigne d’une vision belliciste du monde qu’il convient de nommer comme telle.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Nous refusons que le conflit entre Israéliens et Palestiniens devienne chez nous, en France, une guerre entre communautés »

Cette charge n’est pas un épiphénomène. Des tribunes sont régulièrement publiées qui entendent museler le débat, des événements universitaires ou associatifs sont déprogrammés et des campagnes de sensibilisation interdites. Ces offensives liberticides n’ont d’autres visées que de réduire au silence toute analyse de la situation en Israël/Palestine qui ne soit pas conforme à une communication gouvernementale. Nous ne sommes pourtant pas résolus à accepter cette réduction du débat à l’invective. Nous souhaitons que la mise en question de l’apartheid israélien ne soit plus marginale dans les universités ou dans l’espace médiatique et politique français, non par manichéisme, mais précisément pour en sortir.

Portée universelle

Rappelons que, s’il a historiquement servi à désigner la politique raciale sud-africaine, le terme « apartheid » a ensuite été défini juridiquement pour désigner toute politique de ségrégation ou de discrimination raciales. La Convention internationale de l’ONU sur l’élimination et la répression des crimes d’apartheid de 1973 lui offre ainsi une portée universelle, en le consacrant comme crime contre l’humanité. C’est également le cas du statut de Rome constitutif de la Cour pénale internationale (CPI), entré en vigueur des années après la chute du régime d’apartheid en Afrique du Sud. Son emploi peut ainsi tout à fait légitimement venir appuyer une démarche politique appelant Israël à répondre de ses actes devant la justice internationale.

Il vous reste 41.27% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess