Le Texas autorise à nouveau les enquêtes visant les parents d’enfants transgenres


Des personnes manifestent contre une directive du gouverneur du Texas qui permet d’ouvrir une enquête sur les parents d’enfants transgenres, devant le capitole de l’Etat, à Austin, le 20 mai 2021.

Le Texas n’en finit plus de coller à sa réputation d’Etat ultraconservateur. La Cour suprême de l’Etat a de nouveau autorisé, vendredi 13 mai, les enquêtes sur les parents d’enfants transgenres, renversant la décision d’un tribunal qui avait suspendu en mars ces poursuites. En 2021, une directive controversée du gouverneur républicain, Greg Abbott, assimilait certaines procédures « de changement de sexe » concernant des mineurs à des « mauvais traitements » pénalement répréhensibles. Saisie par une famille, une cour d’appel avait mis fin en mars à l’application de cette directive. Or la Cour suprême du Texas estime que la cour d’appel « a abusé de son pouvoir discrétionnaire » en délivrant une ordonnance à l’échelle de l’Etat, selon sa décision consultée par l’Agence France-Presse (AFP).

Une décision ambivalente

En revanche, les autorités ne peuvent pas reprendre l’enquête visant la famille qui avait porté l’affaire devant la justice, a tranché la cour, estimant que cette enquête leur causerait un « préjudice irréparable ». « La décision d’aujourd’hui est une victoire pour nos clients et la primauté du droit », selon l’organisation de défense des droits humains ACLU, qui a salué dans un tweet une victoire « partielle ». Partielle car « il est clair que l’application de cette décision entraîne des souffrances aux jeunes et à leurs familles », a-t-elle ajouté. « Ces attaques cruelles contre la jeunesse transgenre doivent cesser », a également exigé l’association.

Le point de départ de cette directive du gouverneur Abbott avait été largement relayé aux Etats-Unis. La mère d’une adolescente transgenre avait été suspendue par son employeur, les services texans d’aide à la famille, et avait reçu la visite d’un inspecteur qui cherchait à savoir si sa fille de 16 ans « n’était pas en train de faire sa transition du sexe masculin vers le sexe féminin », selon la plainte déposée par la famille.

L’affaire avait pris une ampleur nationale, au point que le président américain, Joe Biden, avait dénoncé une « campagne cynique et dangereuse qui vise les enfants transgenres et leurs parents ». Les soins à apporter aux mineurs transgenres, tout comme leur participation à des compétitions sportives ou l’usage des toilettes du sexe dans lequel ils s’identifient font l’objet de vifs débats aux Etats-Unis où de nombreux Etats conservateurs ont adopté ces dernières années des réglementations restrictives.

Le Monde avec AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess