L’économie allemande n’a progressé que de 2,7 % en 2021

Vue aérienne d’une zone de fret ferroviaire à Munich (sud de l’Allemagne), le 5 septembre 2021.

Lentement mais sûrement, l’économie allemande se redresse de la grande récession de 2020 engendrée par la pandémie de Covid-19. Le produit intérieur brut (PIB) de la première économie de la zone euro a progressé de 2,7 % en 2021, a annoncé Destatis, l’office national des statistiques, vendredi 14 janvier. La croissance nominale est certes importante, mais nulle raison de se réjouir : cette hausse du PIB reste insuffisante pour compenser le décrochage de 4,6 % enregistré en 2020. En 2021, le niveau de production national est resté 2 % en dessous de celui de 2019.

Une comparaison internationale suffit à comprendre les difficultés persistantes de la quatrième économie mondiale. L’Allemagne affiche une augmentation de son PIB nettement moindre que celle de ses partenaires européens. Selon les prévisions de la Commission européenne, citées par Destatis, le rebond est bien plus important en France (+ 6,5 %), en Italie (+ 6,2 %) et en Espagne (+ 4,6 %). Certes, ces trois pays avaient essuyé un recul plus fort que l’Allemagne en 2020, mais cette dernière est nettement en deçà de la moyenne européenne et de la zone euro (+ 5 % en 2021). Surtout, le contraste avec les Etats-Unis est douloureux : l’économie américaine avait reculé moins fortement en 2020 (– 3,4 %), mais sa reprise en 2021 est bien plus vigoureuse (+ 5,8 %).

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Les pénuries brident la reprise allemande

La cause principale est la forte exposition de l’Allemagne au commerce extérieur, ce qui la rend plus sensible que d’autres aux perturbations actuelles des chaînes d’approvisionnement. En dépit de carnets de commandes pleins, l’industrie ne parvient pas à répondre à la demande, en raison des pénuries de matières premières et de composants électroniques comme les puces, qui ont atteint un niveau historiquement élevé.

Marché du travail robuste

L’indicateur de pénurie calculé par l’institut économique Ifo a largement dépassé le pic atteint pendant la crise économique et financière de 2008-2009, ce qui a tiré les prix vers le haut. L’industrie, secteur-clé de l’économie allemande, a certes progressé (+ 4,4 % par rapport à 2020), mais pas suffisamment. Les goulets d’étranglement ont aussi concerné les problèmes de transport, notamment maritime, décisifs pour le « Made in Germany », souligne Destatis.

Les secteurs du sport, des loisirs et de la culture, en particulier, souffrent

Ces effets se sont conjugués aux mesures de restriction contre la pandémie imposées en 2021, qui ont affecté la consommation. Au premier trimestre, l’Allemagne se trouvait en quasi-confinement, avec commerces, restaurants, coiffeurs et écoles fermés ou en fonctionnement restreint. La nette reprise de l’activité au printemps et en été a été stoppée par le retour des infections et des restrictions à l’automne.

Il vous reste 44.74% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess