L’économie de Malte la sulfureuse, dépendante du tourisme, ébranlée par le Covid

Dans une rue de La Vallette, à Malte, le 11 novembre 2020.

Elle assure croire aux lendemains meilleurs, mais l’inquiétude transparaît, malgré tout, derrière son généreux sourire. Après dix ans dans le tourisme, Vanessa Vassallo vient de se résoudre à chercher un job dans un autre secteur. Dans les RH ou l’informatique, peu importe : elle n’a guère le choix. A cause de la pandémie de Covid-19 et de l’effondrement du nombre de visiteurs, son contrat dans une compagnie d’événementiel de La Valette, la capitale maltaise, n’a pas été renouvelé. « Ce métier est ma passion, j’espère pouvoir y revenir dès que possible, confie la femme. C’est dur, les incertitudes créent une grande anxiété pour tous ceux travaillant dans les hôtels et les restaurants. »

Nigel Scicluna, lui, se souviendra longtemps du 7 mars 2020. Cette journée printanière où le premier cas de Covid-19 avait été détecté sur l’île. « En une heure ou deux, le restaurant s’est totalement vidé de ses clients, et les annulations ont commencé à pleuvoir », raconte-t-il. Ta’Detta, le restaurant traditionnel tenu par sa famille, est situé sur le front de mer de La Valette. Il est ouvert tous les jours, mais les touristes sont rares. « Quelques bateaux de croisière accostent au port, mais les passagers ne sont pas autorisés à descendre dîner chez nous. » Aujourd’hui, l’établissement tient en grande partie grâce aux aides publiques.

Situé au large des côtes siciliennes, libyennes et tunisiennes, Malte, 450 000 habitants, est le pays européen où la récession liée au Covid a été la plus violente, avec l’Espagne. Au deuxième trimestre 2020, son produit intérieur brut (PIB) s’est effondré de 17,1 %, selon Eurostat, et la baisse devrait s’établir à – 9 % sur l’ensemble de l’année. Et pour cause : le tourisme est l’une des principales sources de revenus de l’île, pesant plus de 17 % du PIB. Entre 2019 et 2020, le nombre de visiteurs étrangers a chuté de 76 %, passant de 2,7 millions à 700 000. En janvier, l’aéroport n’assurait plus que 28 liaisons aériennes. Un an plutôt, il y en avait une centaine.

« L’un des plus vastes plans de soutien au monde »

« Pour faire face, le gouvernement a déployé l’un des plus vastes plans de soutien au monde, selon l’université de Columbia, dépassant 20 % du PIB au total », détaille Gordon Cordina, du cabinet d’analyse économique E-Cubed Consultants. Avec notamment le déploiement du chômage partiel et d’une série d’aides aux entreprises. Ces prochains mois, l’archipel recevra également 1,1 milliard d’euros (dont 316,5 millions de subventions) du fonds de relance européen. « Nous espérons que cela aidera nos TPE à survivre et à verdir notre économie, confie Paul Abela, président de la chambre maltaise des PME. Les deux seront vitaux pour notre pays. »

Il vous reste 72.46% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

CAN U20 : Cameroun-Ghana, Burkina Faso-Ouganda… Place aux quarts !

Next Post

Au Liban, la vaccination de députés hors du circuit officiel provoque la polémique

Related Posts