Les députés britanniques face à l’opacité de l’empire Gupta

Le ministre britannique de l’industrie, Kwasi Kwarteng, s’exprime lors d’une conférence de presse à l’usine automobile Vauxhall d’Ellesmere Port, au Royaume-Uni, le 6 juillet 2021.

A plusieurs reprises, Kwasi Kwarteng, le ministre britannique de l’industrie, a utilisé le même adjectif pour décrire GFG (Gupta Family Group) Alliance : « opaque ». Il répondait, mardi 20 juillet, aux questions d’un comité parlementaire qui enquête sur les étranges affaires de cet empire d’aciéries et d’usines d’aluminium possédées par Sanjeev Gupta, un homme d’affaires indo-britannique.

Lire aussi Enquête pour fraude ouverte au Royaume-Uni sur Gupta

Du propre aveu du ministre, le fonctionnement de ce groupe est difficilement compréhensible. A tel point qu’en avril, alors que GFG Alliance paraissait au bord du gouffre financier, M. Kwarteng a fermement rejeté sa demande de sauvetage de 170 millions de livres sterling (197 millions d’euros) : « C’était trop opaque. Je ne pouvais pas garantir que l’argent resterait au Royaume-Uni. » Tout en étant prêt à intervenir après une éventuelle faillite, M. Kwarteng préfère risquer les 5 000 emplois britanniques du groupe plutôt que s’aventurer à l’aider. Le Serious Fraud Office (SFO), l’équivalent britannique du parquet financier, a, de son côté, ouvert une enquête pour fraude.

En France, le groupe de Sanjeev Gupta a mis en vente ses plus belles usines, à savoir l’aciérie d’Ascoval (Nord) et la fabrique de rails d’Hayange (Moselle)

En mars, le principal soutien financier de GFG Alliance, la société Greensill, a déposé le bilan. Se retrouvant soudain à cours de liquidités, le groupe de M. Gupta, créé en quelques années seulement, qui s’étend du Royaume-Uni à l’Australie en passant par la France, et emploie 35 000 personnes, vacille. En France, il a mis en vente ses plus belles usines, à savoir l’aciérie d’Ascoval (Nord) et la fabrique de rails d’Hayange (Moselle).

Fort peu coopératifs

Les pratiques de M. Gupta soulèvent des interrogations. D’où venait l’argent qui a permis à son groupe de croître aussi rapidement ? Le comité parlementaire britannique chargé des questions industrielles, qui tente de répondre à cette question, se heurte à un mur, tout comme M. Kwarteng. M. Gupta et ses collaborateurs se montrent fort peu coopératifs avec les députés.

L’homme d’affaires a refusé d’apparaître devant le comité, ses avocats lui ayant conseillé le silence pour ne pas compromettre sa défense face au SFO. Quant à Anton Krull, le directeur financier pour le Royaume-Uni de Liberty Steel, la branche acier de GFG Alliance, il n’est en poste que depuis deux mois et n’est au courant de rien, ou presque : « Je suis le directeur financier, mais ça ne couvre pas la structure du capital », a-t-il déclaré.

Il vous reste 46.46% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Total
0
Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Previous Post

L’Union européenne va muscler son arsenal de lutte contre le blanchiment d’argent

Next Post

Basket-NBA : les Bucks avec un Antetokounmpo de gala s’offrent le titre

Related Posts